100 preuves bibliques que Jésus-Christ sauvera toute l'humanité

100 preuves bibliques que Jésus-Christ sauvera toute l'humanité

Thomas Whittemore : 100 preuves bibliques que Jésus-Christ sauvera toute l'humanité

 

100 preuves bibliques que Jésus-Christ sauvera toute l'humanité
par Thomas Whittemore
De nombreux premiers chrétiens américains ont découvert Jésus comme le Sauveur du monde entier. J'ai rencontré des centaines de vieux livres écrits à la fin des années 1700 et au début des années 1800 qui déclarent sous forme biblique l'Évangile éternel que Jésus rachètera chaque âme créée. L'un de ces livres avait un chapitre, réimprimé ci-dessous, qui commentait 100 Écritures qui déclarent le salut de toute l'humanité. Je vais faire quelques retouches car l'anglais d'aujourd'hui est assez différent de celui d'il y a 150 ans. Tous les commentaires que je pourrais faire seront entre parenthèses. Il a été écrit en 1840 par Thomas Whittemore.
DIEU CRÉATEUR DES HOMMES
1. Dieu est le Créateur de tous les hommes. « Il a fait d'un seul sang, toutes les nations des hommes, pour habiter sur toute la face de la terre. Actes 17:26 Il n'aurait pas créé des êtres intelligents s'il avait su qu'ils seraient à jamais misérables. Supposer que Dieu ferait naître des êtres dont il savait qu'ils seraient des perdants infinis par cette existence, c'est l'accuser de la plus grande malignité. L'existence elle-même ne serait pas une bénédiction, mais une malédiction ; dont la grandeur ne peut être décrite. Comme Dieu est infini en connaissance, et comme il voit la fin dès le commencement, il doit avoir connu avant la création, le résultat de l'existence qu'il allait conférer, et si, en somme, ce serait une bénédiction ; et, comme il n'avait aucune nécessité de créer l'homme,
DIEU LE PERE DES HOMMES
2. Dieu est le Père de tous les hommes. « N'avons-nous pas tous un seul Père ? Un seul Dieu ne nous a-t-il pas créés ? Mal. 2:10 Un bon père ne punira pas ses enfants, mais pour leur bien. Dieu est évidemment appelé le Père de tous les hommes dans les Écritures, et ce n'est pas un nom dénué de sens ; il a la disposition et les principes d'un Père. Il aime de l'amour d'un Père ; il veille avec le soin d'un Père ; il reprend avec la tendresse d'un Père ; il punit d'un dessein paternel. Dieu est le Père de tous les hommes ; et, par conséquent, il ne peut pas rendre l'humanité indéfiniment misérable.
DIEU LE SEIGNEUR OU PROPRIÉTAIRE DES HOMMES
3. Tous les hommes, de droit, appartiennent à Dieu. « Voici, toutes les âmes sont à moi », dit le Seigneur. "Comme l'âme du père, ainsi aussi l'âme du fils est à moi." Ézéch. 18:4 Dieu n'abandonnera pas ce qui lui appartient, à la domination du péché et de Satan pour toujours. Tous les hommes sont à Dieu par création ; il les a tous faits. Ils sont à lui par conservation ; il les soutient tous. Ils étaient les siens au début, et ils sont toujours restés sous sa garde. « La terre est à l'Éternel et sa plénitude, le monde et ceux qui l'habitent. » Ce Dieu, qui dit aux hommes : « Si quelqu'un ne pourvoit pas aux siens, et spécialement à ceux de sa propre maison, il a renié la foi et est pire qu'un infidèle », ne peut jamais abandonner ses propres créatures. Il exercera toujours sur eux un soin bienveillant,
TOUS LES HOMMES ENGAGÉS POUR LES SOINS DU CHRIST
4. Dieu a donné toutes choses à Christ, en tant que Souverain moral du monde. «Demande-moi, et je te donnerai les païens pour ton héritage, et les extrémités de la terre pour ta possession.» Psaumes 2:8 "Le Père aime le Fils, et il a tout remis entre ses mains." Jean 3:35 "Toutes choses", ici, signifie tous les êtres intelligents. Alors disent les meilleurs commentateurs. (Le mot choses est en italique dans la version KJV, ce qui signifie qu'il n'est pas en grec. Nous ne parlons pas ici d'arbres.)
5. Dieu a donné tous les êtres à Christ afin qu'il puisse les sauver. « Tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il donne la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Jean 17:2 Cela démontre clairement que c'était le dessein de Dieu, en donnant à Christ la domination sur toute chair, qu'ils jouissent tous de la vie éternelle.
6. Il est certain que le Christ sauvera tout ce que le Père lui a donné. « Tout ce que le Père me donne viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le chasserai en aucun cas. » Jean 6:37 Ces trois propositions sont une preuve irréfragable du bonheur final de tous les hommes. 1er. Dieu a tout donné à Christ. 2d. Tout ce que Dieu lui a donné viendra à lui ; et 3d. celui qui vient, il ne le chassera en aucun cas. Tout est donné ; tout viendra ; et nul ne sera chassé. Quelle est la conclusion inévitable?
LA VOLONTÉ DE DIEU
7. C'est LA VOLONTÉ de Dieu que tous les hommes soient sauvés. « Qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité ? » KJV 1Tim. 2:4 Par "tous les hommes", dans ce passage, il faut sans aucun doute entendre toute la race humaine. Le salut passe par la croyance en la vérité. Dieu veut que tous les hommes parviennent à la connaissance de la vérité et soient ainsi sauvés.
8. Dieu inspire les cœurs des bons à prier pour le salut de tous les hommes et à dire, comme Jésus l'a dit : « Que ta volonté soit faite. Mat. 6h10. Adam Clarke dit : "Parce qu'il veut le salut de tous les hommes, c'est pourquoi il veut que tous les hommes soient priés pour eux, comme dans 1 Tim. 2:1. que des intercessions et des remerciements soient faits pour tous les hommes. » Dieu inciterait-il le cœur de ses saints à prier pour le salut de toute l'humanité, s'il savait qu'ils ne seraient pas tous sauvés ?
9. Jésus est venu faire la volonté de Dieu. "Ma viande est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'achever son travail." Jean 4:34 "Voici, je viens faire ce qu'ils veulent, ô Dieu." Héb. 10:9 La volonté de Dieu est que tous les hommes soient sauvés. C'est sa volonté, en guise de distinction et de prééminence. Jésus est venu faire cette volonté. Il est venu comme le Sauveur, comme le Sauveur de tous les hommes. Il est venu comme le bon Berger, pour chercher et sauver ce qui était perdu. Il est venu pour sauver tous les hommes, non seulement ceux qui vivaient sur la terre pendant qu'il était ici, mais tous ceux qui vivaient auparavant, et tous ceux qui ont vécu depuis, et tous ceux qui vivront. Jésus s'est donné une rançon pour tous; il a goûté la mort pour tout homme ; et à lui, enfin, tout genou fléchira, et toute langue le confessera Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.
10. On ne peut pas résister à la volonté de Dieu. « Il fait selon sa volonté dans l'armée du ciel et parmi les habitants de la terre ; et nul ne peut arrêter sa main ou lui dire : Que fais-tu ? Dan. 4:35. Qui peut résister à un être au pouvoir tout-puissant ? Ce que Dieu veut avoir lieu doit avoir lieu. Il veut le salut de tous les hommes parce que c'est juste. Un Dieu de pureté ne peut pas désirer un péché et une rébellion sans fin. S'il veut le salut de tous les hommes, il veut tous les moyens par lesquels il doit s'accomplir ; il doit donc avoir lieu.
11. Dieu n'a pas d'autre volonté que celle de sauver tous les hommes. "Il est dans un seul esprit, et qui peut le transformer." Travail 23:13.
LA NATURE DE DIEU
12. Dieu est amour et l'amour ne fait pas de mal. "Dieu est amour." 1 Jean 4:8. "L'amour ne fait pas de mal." ROM. 13h10. C'est un argument très fort. La nature de Dieu est l'essence même de la bienveillance, et la bienveillance ne peut pas être l'origine d'un mal sans fin. Si l'amour ne fait pas de mal, Dieu ne peut pas faire de mal ; et, par conséquent, Dieu ne peut pas être l'auteur d'un mal sans fin.
13. Dieu aime toute l'humanité. "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique." Jean 3:16 : et, comme Jésus est mort pour tous les hommes, ainsi Dieu aime tous les hommes. Cet argument ajoute une grande force au dernier.
14. Dieu aime même ses ennemis. Car il exige des hommes qu'ils aiment leurs ennemis, ce qu'il ne pourrait pas faire s'il haïssait les siens. (Matt. 5:44) Et Jésus déclara : « car il est bon envers les ingrats et envers les méchants. Luc 6:35. Ceci n'est qu'une amplification de l'argument précédent. Si Dieu aime ses ennemis, il aime certainement tous les hommes ; car nul ne doute qu'il aime ses amis. Et Dieu peut-il rendre malheureux à l'infini ceux qu'il aime ?
LA SAGESSE DE DIEU
15. Dieu est sage ; et ce ne peut pas être un commandement de la sagesse de créer des êtres, puis de faire de leur existence une malédiction en lui entraînant des souffrances sans fin. Dieu a prévu toutes les conséquences de notre création lorsqu'il nous a faits. Il savait parfaitement quel serait le résultat pour chaque individu. Est-il possible que la bonté infinie puisse insuffler la vie à une poussière inoffensive, alors qu'il était clairement prévu que le mal sans fin s'ensuivrait ? Ce n'était pas possible. Dieu n'a dû créer que pour bénir. "L'amour ne fait pas de mal."
16. La sagesse de Dieu est "pleine de miséricorde" et "sans partialité". Jacques 3:17. "Plein de miséricorde", dit Adam Clarke, c'est-à-dire "prêt à passer par une transgression, et à accorder le pardon à ceux qui offensent; et ACCOMPLISSANT TOUS LES ACTES POSSIBLES DE BONTÉ." Assurément, un Dieu d'une puissance et d'une habileté infinies, qui « accomplit tous les actes de bonté possibles », sauvera ses créatures déchues de leurs péchés. « Sans partialité », c'est-à-dire sans faire de différence. Dieu ne fait acception de personne. Il est bon envers tous les hommes et il accomplira tous les « actes de bonté possibles » envers tous les hommes.
LE PLAISIR DE DIEU
17. Le plaisir de Dieu est en faveur du salut de tous les hommes ; et par conséquent, ni la mort, ni le péché, ni la douleur, ne peuvent être l'objet ultime de Dieu en référence à l'homme. "Comme je vis, dit le Seigneur Dieu, je n'ai aucun plaisir dans la mort des méchants." Ézéch. 33:11. La mort, le péché et la douleur peuvent exister pendant un certain temps ; mais si Dieu n'a aucun plaisir en eux-mêmes, ils ne sont pas la fin qu'il vise, mais le moyen par lequel il l'accomplit. La fin dans laquelle Dieu se repose comme son plaisir, son dessein ou son but, doit être essentiellement bienveillante, car il est essentiellement un Dieu bienveillant. Ni la mort, ni le péché, ni la douleur ne peuvent être son plan ou son plaisir ultime ; ils sont les moyens par lesquels ses desseins saints et justes sont mis en œuvre.
18. Dieu a créé tous les hommes expressément pour son plaisir et, par conséquent, non pour la mort ultime. "Tu as créé toutes choses, et pour ton plaisir elles sont et ont été créées." Apocalypse 4:11 Adam Clarke a une belle remarque sur ce passage. Il dit : « Il a fait toutes choses pour son plaisir ; et par le même motif il les préserve. Par conséquent, il est plus évident qu'il ne déteste rien de ce qu'il a fait ; et n'aurait pu faire aucune créature intelligente avec le dessein de le faire éternellement. misérable. Il est étrange qu'une supposition contraire soit jamais entrée dans le cœur de l'homme, et il est grand temps que la nature bienveillante du Dieu Suprême soit pleinement justifiée des calomnies de ce genre.
19. Le plaisir de Dieu prospérera dans la main de Christ. "Le plaisir du Seigneur prospérera dans sa main." Isaiah 53:10 Clarke dit, sur Isaiah 53:10, que le plaisir de Dieu est, "d'avoir tous les hommes sauvés et amenés à la connaissance de la vérité." Comparez cela avec la 20e section.
20. Le plaisir de Dieu sera assurément accompli. « Ainsi en sera la parole qui sort de ma bouche ; elle ne me retournera pas sans valeur, mais elle accomplira ce que je veux, et elle prospérera dans la chose à laquelle je l'ai envoyée. Esaïe 55 :11. "Je ferai tout mon plaisir." 46:10 Ce passage ne montre-t-il pas que le plaisir de Dieu sera certainement accompli ? Sa parole ne lui reviendra pas sans effet : elle accomplira ce qu'il voudra et prospérera dans l'objet qu'il l'a envoyée accomplir. Dieu n'a aucun plaisir dans la mort ou la souffrance du pécheur. Ce n'était pas l'objet de la création. Dieu a créé les hommes pour son plaisir, et son plaisir sera certainement accompli.
21. Dieu a prévu le salut de tous les hommes. « Nous ayant fait connaître le mystère de sa volonté, selon son bon plaisir, qu'il a résolu en lui-même, afin que dans la dispensation de la plénitude des temps, il puisse rassembler en une toutes choses en Christ, toutes deux en ciel, et qui sont sur la terre, même en lui." (Eph. 1:9,10) Il est évident à partir de ce passage, que Dieu s'est proposé de rassembler toutes choses en Christ. Le dessein de Dieu est en accord avec sa volonté ou son plaisir. Il veut que tous les hommes soient sauvés ; il n'a aucun plaisir dans la mort des méchants ; et c'est pourquoi il s'est proposé de rassembler en une seule toutes choses en Christ, toutes deux qui sont au ciel et qui sont sur la terre. C'est le dessein de Dieu ; c'est ce qu'il s'est proposé en lui-même. Et ce n'est pas le rassemblement de ces choses seulement qui sont en Christ, mais le rassemblement de toutes choses en lui. « A lui sera le rassemblement du peuple. » (Gen. 49:10) Et Jésus confirme ceci: "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Ainsi, nous voyons que toutes choses doivent être rassemblées en Christ. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. mais le rassemblement de toutes choses en lui. « A lui sera le rassemblement du peuple. » (Gen. 49:10) Et Jésus confirme ceci: "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Ainsi, nous voyons que toutes choses doivent être rassemblées en Christ. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. mais le rassemblement de toutes choses en lui. « A lui sera le rassemblement du peuple. » (Gen. 49:10) Et Jésus confirme ceci: "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Ainsi, nous voyons que toutes choses doivent être rassemblées en Christ. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. (Gen. 49:10) Et Jésus confirme ceci: "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Ainsi, nous voyons que toutes choses doivent être rassemblées en Christ. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. (Gen. 49:10) Et Jésus confirme ceci: "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Ainsi, nous voyons que toutes choses doivent être rassemblées en Christ. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e. Ils doivent tous avoir son esprit et participer à sa nouvelle création ; car « si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». (2 Cor. 5:17) Par l'expression « toutes choses », comme le dit l'archevêque Newcome, cela signifiait « toutes les personnes, tous les êtres intelligents. Voir le neutre pour le masculin, Jean 6:37,39. Voir plus à ce sujet dans la section 78e.
22. Le dessein de Dieu ne peut échouer : il doit certainement être accompli. « L'Éternel des armées a juré, en disant que ce que j'ai résolu sera assurément ainsi. » (Esaïe 14:24) « Car l'Éternel des armées a résolu un dessein, et qui l'annulera ? Et sa main est étendue, et qui la retournera ? » (verset 27) « Je l'ai résolu, je le ferai aussi ce." (46:11) Maintenant, quels que soient les desseins de Dieu, ils doivent avoir lieu. Dieu ne peut avoir de doutes ; par conséquent, Paul parle de "le dessein de celui qui opère toutes choses selon le conseil (c'est-à-dire les consultations ou délibérations précédentes) de sa propre volonté". (Eph 1:11) Qu'est-ce qui, alors, entravera l'accomplissement de ce dessein ? A-t-il formé un plan qu'il ne peut exécuter ? Non; le témoignage concurrent des écrivains sacrés est, que tout ce que Dieu a prévu, SERA FAIT. Qu'il en soit ainsi, ô Seigneur.
LES PROMESSES DE DIEU
23. Dieu a promis à Abraham, son serviteur, qu'il bénirait toute l'humanité, dans sa postérité. « En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » (Genèse 12 : 3) « En ta postérité seront bénies toutes les nations de la terre. » (Genèse 22:18) Toutes les nations de la terre, toutes les familles de la terre, selon cette promesse, doivent être bénies dans la postérité d'Abraham. Le langage est absolu : il est sans aucune condition. « Toutes les nations de la terre seront bénies. » Et qui est cette « postérité d'Abraham », en qui toutes les nations et familles de la terre seront bénies ? Je suis d'accord avec le Dr Adam Clarke sur cette question. Il dit, dans sa note sur Gen. 12:3, « dans ta postérité, dans le Messie, qui naîtra de toi, toutes les familles de la terre seront bénies ; car comme il prendra sur lui la nature humaine, depuis la postérité d'Abraham, il goûtera la mort pour tout homme ; son évangile sera prêché dans le monde entier, et d'innombrables bénédictions seront dérivées sur toute l'humanité, par sa mort et son intercession."
24. Dieu a fait la même promesse à Isaac. « J'accomplirai le serment que j'ai juré à Abraham, leur père, et je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel, et je donnerai à ta postérité tous ces pays ; et en ta postérité seront toutes les nations de la terre béni." (Gen. 26:3,4) Ce passage est précisément de la même portée que ceux cités à la section 23. Il se réfère précisément au même sujet et affirme les mêmes faits. Nous le répétons ici, parce que Dieu a jugé bon de répéter à Isaac la même promesse qu'il avait faite à son père Abraham ; et il forme un argument distinct en soi.
25. La même promesse fut répétée à Jacob, le petit-fils d'Abraham. « Et en toi et en ta postérité seront bénies toutes les familles de la terre. (Genèse 28:14) L'apôtre Paul (et une autorité supérieure que nous ne souhaitons pas) règle complètement la question de savoir qui est signifié par la " postérité d'Abraham ". Il dit : « Or, à Abraham et à sa postérité, les promesses ont été faites. (Gal. 3:16) Christ est donc la postérité d'Abraham ; et en lui seront bénies TOUTES les nations et les familles de la terre.
26. Pierre, l'apôtre, a compris cette promesse comme se référant au salut des hommes du péché, par Jésus-Christ. « Vous êtes les enfants des prophètes et de l'alliance que Dieu a faite avec nos pères, en disant à Abraham : en ta postérité seront bénies toutes les tribus de la terre. À toi premièrement, Dieu, ayant suscité son fils Jésus, a envoyé lui de vous bénir, en détournant chacun de vous de ses iniquités. » (Actes 3:25,26) Ici, nous avons un troisième terme, la parenté. Toutes les nations de la terre, toutes les familles de la terre et toutes les tribus de la terre doivent certainement signifier toute l'humanité. Le sens de cette promesse absolue et inconditionnelle est qu'ils seront tous bénis en Jésus-Christ.
27. L'apôtre Paul répète cette promesse et l'appelle L'ÉVANGILE. « Et l'Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, prêcha avant l'Évangile à Abraham, disant : en toi toutes les nations seront bénies. (Gal. 3:8) Ceci est une confirmation supplémentaire, que la bénédiction promise aux hommes dans la postérité d'Abraham, est une bénédiction spirituelle, évangélique.
28. Il n'y a aucune menace de quelque nature que ce soit dans les Écritures, aucune loi, aucune peine, aucune peine dénoncée qui, bien comprise, ne s'harmonise pas avec cette promesse, car la loi n'est pas contre les promesses de Dieu. « La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? À Dieu ne plaise ». (Gal. 3:21) La loi mentionnée dans ce verset était sans aucun doute la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï. Dieu prit particulièrement soin de formuler cette loi de telle manière qu'aucune phrase ou partie de celle-ci ne contredirait les promesses qu'il avait faites à Abraham. Ce qu'étaient ces promesses, nous l'avons vu. Il est également vrai que pas une seule menace de punition pour péché, ou pour incrédulité, pas une dénonciation du feu de l'enfer, ou condamnation d'aucune sorte de péché, ne s'oppose aux promesses de Dieu. Maintenant, comme ces promesses l'affirment le plus explicitement, la bénédiction finale de toutes les nations, tribus et familles de la terre avec le salut du péché en Jésus-Christ, ainsi aucune partie de la loi de Dieu, aucune menace de punition, ne devrait être ainsi interprétée, interprétée ou expliqué, comme pour contredire cela; et comme la doctrine de la condamnation sans fin pour le péché contredit explicitement ces promesses, nous pouvons être sûrs que cette doctrine n'est révélée dans aucune partie de la parole de Dieu.
LE SERMENT DE DIEU
29. Dieu a confirmé sa promesse par un serment. Voir Gen. 12:16-18. Héb. 6h13. Mais le passage le plus frappant, peut-être, est celui-ci : « J'ai juré par moi-même, la parole est sortie de ma bouche en justice et ne reviendra pas, que tout genou fléchira devant moi, toute langue jurera, sûrement dira , dans le Seigneur j'ai la justice et la force." (Isaïe 45:23,24) Je pense que les paroles d'Adam Clarke sur le serment de Dieu, sont dignes de la plus grande considération. Sur les paroles de Dieu, « il jura par lui-même », remarque Clarke, « il a promis son pouvoir éternel et sa divinité pour l'accomplissement de la promesse ; il n'y avait aucun être supérieur à lui-même, auquel il pourrait faire appel, ou par qui il pourrait être lié ; c'est pourquoi il fait appel à sa vérité immuable et à sa divinité et l'engage." Com. sur Héb. 6:13 Et encore, le même commentateur remarque: "La promesse a promis sa fidélité et sa justice; le serment toutes les perfections infinies de sa divinité; car il a juré par lui-même. Il y a une bonne parole dans Beracoth, sur Exode 32:13. « Souviens-toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, tes serviteurs, auxquels tu as juré par toi-même. Quelle est la signification de « toi toi-même ? » répondit Rab Eléazar, ainsi dit Moïse au Dieu saint et béni, Seigneur de tout le monde : Si tu leur avais juré par les cieux et la terre, alors j'aurais dû dire, comme les cieux et la terre passeront, ainsi peut passer ton serment, mais maintenant tu leur as juré par ton grand Nom, qui vit et qui dure pour toujours, et pour toujours, et à jamais;
LA PUISSANCE DE DIEU
30. Dieu est tout-puissant ; rien ne peut résister à sa volonté ; rien ne peut vaincre son objectif ; rien ne peut empêcher l'accomplissement de sa promesse. "Ce qu'il avait promis, il était capable de le réaliser." (Rom. 4:21) Si Dieu n'était pas tout-puissant, alors le monde ne serait peut-être pas sauvé ; mais il est tout-puissant ; « personne ne peut arrêter sa main, ou lui dire, que fais-tu ? » et par conséquent, au temps de Dieu (et c'est le meilleur moment), et par ses propres moyens, le monde entier sera sauvé.
LA MORT DU CHRIST
31. Parce que Dieu ne veut pas seulement le salut de tous les hommes ; non seulement a eu l'intention de les sauver tous ; non seulement l'a promis; non seulement a confirmé cette promesse par un SERMENT (voir les numéros précédents) ; mais aussi a fourni les moyens, dans la mort de Christ, pour le salut de tous les hommes. Jésus est mort pour tous. "Il s'est donné une rançon pour tous, pour qu'il témoigne en temps voulu." (1 Tim. 2:6) "Mais nous voyons Jésus, qui a été fait un peu plus bas que les anges, pour les souffrances de la mort, couronné de gloire et d'honneur, afin qu'il goûte, par la grâce de Dieu, la mort pour chaque homme." (Héb. 2:9) "Et il est la propitiation pour nos péchés, et pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour les péchés du monde entier." (1 Jean 2:2) Voici trois expressions: 1er, "TOUS;" 2ème, "TOUT LE MONDE ;" 3d, " car cela est bon et agréable aux yeux de Dieu, qui veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi Jean dit : « Si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père. (1 Épître Jean 1:1) Le langage ici n'est-il pas conçu pour s'appliquer à tous les hommes : Qui peut le contester ?
32. Le travail de Christ sera efficace pour tous ceux pour qui il est mort. « Il verra le travail de son âme et sera rassasié. » (Is. 53:2) "Et moi, si je suis élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12:32) Si le Rédempteur est mort pour tous les hommes, peut-il se satisfaire du salut d'une partie seulement ? Peut-il regarder en arrière sur son travail et dire qu'il est bien fait ? N'attirera-t-il pas plutôt tous les hommes à lui, par la puissance de sa vérité, et les rendra-t-il saints et heureux pour toujours ? Ne sommes-nous pas autorisés à attendre un tel résultat, du fait qu'il s'est donné lui-même une rançon pour tous ? Et s'ils sont tous attirés vers Lui, ne seront-ils pas tous sauvés ?
33. À la naissance de Jésus, l'ange dit aux bergers craintifs : « Voici, je vous apporte une bonne nouvelle d'une grande joie, qui sera pour tout le monde. (Luc 2:10) La nouvelle de la naissance du Rédempteur était certainement une bonne nouvelle pour tout le monde. Ils devraient tous entendre ces nouvelles, et pour tous ce devraient être de bonnes nouvelles. Mais comment cela peut-il être, si une partie de la race humaine ne doit jamais bénéficier du sacrifice du Rédempteur ?
34. Les gens qui ont entendu Jésus prêcher ont dit : « Nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous savons que celui-ci est bien le Christ, le Sauveur du monde. (Jean 4:42) Jésus ne peut pas être le Sauveur du monde, si le monde ne sera jamais sauvé. Ce que Jésus a enseigné aux Samaritains, qui les a incités à le considérer comme le Sauveur du monde, peut être déduit, 1er. de Sa conversation avec la femme au puits de Jacob, (Jean 4) et 2e, de l'exclamation des Samaritains, au 42e verset. Il ne leur a évidemment pas prêché la doctrine de la misère sans fin ; car auraient-ils conclu du fait qu'il prêchait cette doctrine, qu'il était LE SAUVEUR DU MONDE ? »
35. Jean, le disciple bien-aimé du Christ, a dit : « Nous avons vu et témoignons que le Père a envoyé le Fils pour être le Sauveur du monde. (1 Jean 4:14) C'est le même caractère que les Samaritains ont jugé que le Seigneur possède, d'après son instruction personnelle. (Jean 4:42) Jean dit : « Nous avons vu ; c'est-à-dire qu'il le savait de sa connaissance avec son Maître. Et témoignez. Nous ne pouvons pas cacher cette vérité ; nous proclamerons aux hommes que Jésus est le Sauveur du monde.
LE TÉMOIGNAGE DES PROPHÈTES
36. Tous les saints prophètes ont parlé de la restitution de toutes choses. «Et il enverra Jésus-Christ, qui vous a été prêché auparavant, que le ciel doit recevoir jusqu'aux temps du rétablissement de toutes choses, que Dieu a dit par la bouche de tous ses saints prophètes, depuis que le monde a commencé.» (Actes 3:20,21) C'est un passage important de l'Écriture. "Et il enverra Jésus-Christ, qui vous a déjà été prêché, (mais qui a été crucifié, et est monté au ciel, et) que le ciel doit recevoir (ou contenir) jusqu'aux temps de restitution de toutes choses, que Dieu a parlé par la bouche de tous ses saints prophètes depuis le commencement du monde." Cette « restitution de toutes choses » doit avoir lieu, lorsque Jésus descendra du ciel, dans le sens où il était monté au ciel. Il était monté au ciel corporellement ; les cieux le contiendraient jusqu'aux temps de la restitution ; et alors Il visiterait de nouveau la terre. Maintenant, quand visitera-t-il la terre à nouveau corporellement ? Réponse, à la résurrection des morts. (Voir Actes 1:10,11 et 1 Thess. 4:16) Nous en concluons que la restitution de toutes choses doit avoir lieu à la résurrection des morts. Le savant Parkhurst donne cette vue du sujet et cite Stockius dans son ensemble comme étant d'accord avec lui. Nous ne comprenons pas que la restitution ne commencera qu'au temps, mais qu'elle sera alors achevée et remplie, afin qu'il soit dit que toutes choses sont restaurées. Cela commence en partie dans cette vie ; mais elle sera achevée et achevée à la résurrection. Quelle est cette restitution ? C'est remettre les choses dans leur état originel. Voir A. Clarke, sur le passage. L'homme a été créé à l'origine à l'image de Dieu ; mais l'image divine a été obscurcie par le péché ; et les hommes portent maintenant l'image du terrestre. Mais à la résurrection, quand Christ apparaîtra, la restitution de toutes choses aura lieu, et alors l'humanité sera de nouveau restaurée à l'image de Dieu ; car saint Paul dit qu'à la résurrection, l'humanité sera changée de l'image terrestre à l'image céleste. (1 Cor. 15:49) Cette image céleste que nous avons perdue, nous la récupérons à la résurrection des morts ; et à cela le langage du Sauveur s'accorde, car il dit : que dans la résurrection les hommes seront comme les anges de Dieu dans le ciel ; c'est-à-dire qu'ils porteront l'image céleste ; (Matt. 22:30) qu'ils ne peuvent plus mourir, et "seront les enfants de Dieu, étant les enfants de la résurrection." (Luc 22:36) Ce Dieu a parlé par tous ses saints prophètes depuis que le monde a commencé; pas pleinement et clairement comme il l'a révélé dans l'évangile ; mais il a parlé par les prophètes du rétablissement de toutes choses de la domination du péché, et de leur réconciliation avec Dieu, et de la reconquête de l'image céleste. Le lecteur est renvoyé à un long et excellent passage de A. Clark's Com. sur Actes 3:21, qu'il termine en disant, "car c'est pourquoi le sujet dont il est ici question est celui dont tous les prophètes depuis le commencement ont parlé, (et le grand sujet de toutes leurs déclarations était Christ et ses paroles parmi les hommes), donc les mots doivent être appliqués à ceci, et à aucun autre sens. Jésus-Christ vient relever l'homme de la ruine et lui rendre l'image de Dieu, telle qu'il la possédait au commencement."
37. tête que la postérité de la femme devait meurtrir. « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta postérité et sa postérité ; elle t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. (Genèse 3:15)
38. David a également dit : « Toutes les extrémités du monde se souviendront et se tourneront vers l'Éternel, et toutes les tribus des nations se prosterneront devant lui. (Psaumes 22:27) Cela concorde précisément avec la promesse de Dieu à Abraham, que toutes les nations, familles et tribus de la terre seront bénies en Jésus-Christ.
39. David a également dit : "Tous les rois se prosterneront devant lui (Christ), toutes les nations le serviront, les hommes seront bénis en lui, toutes les nations l'appelleront bienheureux." (Psaumes 72:11,17). est du même ordre que l'article 38.
40. David dit aussi : « Toutes les nations que tu as faites viendront se prosterner devant toi, ô Seigneur, et glorifieront ton nom. (Psaumes 86:9) Cela doit certainement inclure toutes les nations de la terre; Dieu les a tous créés, depuis Adam jusqu'au dernier né.
41. David a également dit, pas moins de vingt-six fois, dans cette partie de ses méditations embrassée dans le 136e Psaume, "sa miséricorde dure pour toujours". Quelle sorte de miséricorde est la miséricorde de Dieu, qui doit durer éternellement : c'est une miséricorde universelle. Voir la section suivante.
42. Il a également déclaré que cette miséricorde qui doit durer éternellement, est sur toutes les œuvres de Dieu. « Le Seigneur est bon pour tous, et ses tendres miséricordes sont sur toutes ses œuvres. » (Psaumes 145:9) Dieu est le même, hier, aujourd'hui et éternellement.
43. Il a également dit : « Toutes tes œuvres te loueront, ô Seigneur, et tes saints te béniront. (Psaumes 145:10) Est-ce que toutes les œuvres de Dieu peuvent le louer, si une partie est vouée au feu éternel ?
44. Il a également dit : « Le Seigneur est miséricordieux et plein de compassion, lent à la colère et d'une grande miséricorde. (Psaumes 145:8) Une misère sans fin peut-elle être ordonnée par un dieu comme celui-ci ?
45. Il a également dit ; « Le Seigneur est miséricordieux et miséricordieux, lent à la colère et abondant en miséricorde. Il ne réprimandera pas toujours ; il ne gardera pas non plus sa colère pour toujours. » (Psaumes 103:8,9) Cela ne pourrait pas être vrai, si Dieu avait l'intention de rendre l'une de ses créatures à jamais misérable. Si nous permettons que le tourment soit sans fin, pouvons-nous dire que « Dieu ne réprimandera pas toujours », ni « gardera sa colère pour toujours ?
46. ​​Isaïe déclara qu'il n'y avait pas de péché qui ne pût être pardonné. « Même si vos péchés sont comme l'écarlate, ils seront blancs comme la neige ; même s'ils sont rouges comme le cramoisi, ils seront comme la laine. (Ésaïe 1:18) L'intention évidente de ce langage est qu'il n'y avait pas de péché si profondément ancré dans l'âme, qu'il ne puisse être lavé. Cela est dit ici d'Israël, est vrai de chaque individu.
47. Il est dit que « toutes les nations couleront sur la montagne de la maison du Seigneur », une représentation figurative de l'alliance de l'Évangile. (Ésaïe 2:2)
48. Sur cette montagne, l'Éternel des armées a fait pour tous les peuples un festin de grosses choses. "Et sur cette montagne, l'Éternel des armées fera à tous un festin de graisses, un festin de vins sur lies, de graisses pleines de moelle, de vins sur lies bien affinés." (Ésaïe 25 :6) Par « montagne », on entend ici l'alliance de l'Évangile ; le lieu de l'établissement de l'arche est fait d'une métaphore, pour signifier l'Evangile. Adam Clarke dit que cette fête est "le salut par Jésus-Christ". Com. Sur place. Ce salut est préparé pour tous les hommes ; il suffit de pourvoir aux besoins de tous.
49. « Dieu détruira, sur cette montagne, la face de la couverture jetée sur tous les peuples, et le voile qui s'étend sur toutes les nations. (Ésaïe 25:7) Ce salut n'est pas inutilement préparé. L'incrédulité sera abolie. Les ténèbres des nations seront ôtées. La couverture jetée sur toutes les nations sera détruite; ils verront alors tous la vérité.
50. « Dieu engloutira la mort dans la victoire. . 15h54.
51. « Le Seigneur Dieu essuiera les larmes de tous les visages : (Ésaïe 25 :8). soumis à la résurrection des morts.
52. Esaïe a dit : « La gloire de l'Éternel sera révélée, et toute chair la verra ensemble. (Ésaïe 40:5) C'est la déclaration de Yahvé, car le prophète ajoute : « La bouche de l'Éternel l'a prononcée ». Si le Seigneur a déclaré que toute chair verra sa gloire ensemble, cela doit être fait.
53. Esaïe représente l'Evangile comme ayant complètement réussi à accomplir le dessein pour lequel il a été envoyé dans le monde "--que, comme la pluie et la neige descendent du ciel et n'y retournent pas, mais arrosent la terre, et la font pour produire et bourgeonner, ainsi sera la parole de Dieu ; elle ne reviendra pas sans effet, mais elle accomplira le plaisir divin et prospérera dans la chose pour laquelle Dieu l'a envoyée. (Esa. 45:10,11). qui permettent que Dieu a envoyé l'Evangile au profit de toute l'humanité, doivent voir ici, que cet objet bienfaisant sera certainement accompli. Si quelqu'un rejette l'Evangile, et est perdu à jamais, peut-on dire en vérité, que la parole de Dieu ne revient pas à Lui nul ?
54. Isaïe, parlant au nom de Yahvé, dit à propos du Christ : « Je te donnerai aussi pour lumière aux nations, afin que tu sois mon salut jusqu'aux extrémités de la terre. (Isa.49:6) Dans ce verset, le prophète affirme que les bénédictions de l'Evangile ne devraient pas être confinées aux Juifs. « Je te donnerai aussi pour lumière aux Gentils ; » dans quel but? Réponse; « afin que tu sois mon salut jusqu'au bout de la terre. Cette expression est destinée à signifier la plus grande extension possible des bénédictions de l'Évangile. Est-ce cohérent avec le fait supposé, que d'innombrables millions de la race humaine n'entendront jamais parler des bénédictions de l'Évangile ?
55. Isaïe a représenté Yahvé en ces termes : « Je ne combattrai pas éternellement, et je ne serai pas toujours en colère, car l'esprit faillirait devant moi, et les âmes que j'ai faites. (Is 57:16) Cette déclaration est-elle cohérente avec la doctrine de la misère sans fin ? Selon cette doctrine, Dieu ne combattra-t-il pas pour toujours ? Ne sera-t-il pas toujours en colère ?
56. Yahvé dit, par Jérémie, au sujet de l'alliance qu'il a faite avec la maison d'Israël : « Je mettrai ma loi dans leurs parties intérieures, et je l'écrirai dans leurs chaleurs ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant : connais le Seigneur ; car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit d'entre eux jusqu'au plus grand, dit le Seigneur ; car je pardonne à leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché." (Jér. 31:33,34) L'esprit du passage est la grâce universelle. Ce que Dieu dit ici qu'Il le fera pour les Juifs, Il le fera aussi pour les Gentils. Le premier est un gage du second. (Voir, pour des arguments supplémentaires à ce sujet, l'article 88)
57. "LE SEIGNEUR NE REFUSERA PAS POUR TOUJOURS. Mais bien qu'il cause du chagrin, il aura néanmoins compassion selon la multitude de ses miséricordes, car il n'afflige pas volontairement, ni n'attriste les enfants des hommes." (Lamen. 3:31-33) Oh, quelle précieuse déclaration est-ce là ! Bien que Dieu cause du chagrin, il aura cependant compassion selon la multitude de ses miséricordes, car il n'afflige pas volontairement, ni n'attriste les enfants des hommes. C'est le principe du gouvernement divin. Dieu n'afflige pas dans le but d'affliger, mais pour le bien de celui qui souffre. Comment, alors, infliger un tourment sans fin ?
58. Daniel a dit, à propos du règne de Christ, « il lui fut donné la domination, la gloire et un royaume, afin que tous les peuples, nations et langues le servent ; sa domination est une domination éternelle, et son royaume, celui qui ne sera pas détruit." (Dan. 7:14) Si tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues servent le Sauveur, seront-ils éternellement malheureux ? Ne seront-ils pas éternellement heureux ? Ce passage doit être appliqué, sans aucun doute, à tous ceux pour qui le Sauveur est mort. Jésus semble avoir fait référence à la déclaration des prophètes, dans ce qu'il a dit après sa résurrection. (Matt. 28:18)
59. Osée dit : « Je les rachèterai de la puissance de la tombe ; je les rachèterai de la mort. mort, je serai tes plaies ; tombe (ou enfer, shéol), je serai ta destruction. (Osée 13:14) Que la lumière de l'inspiration nous guide. Saint Paul applique ces paroles à la résurrection des morts, au dernier jour. (1 Cor. 15:54,55) À la résurrection des morts, alors, Dieu détruira le shéol, l'ENFER. Il ne ressuscite pas ses créatures d'entre les morts afin de les punir pour toujours dans le shéol, (l'enfer) car le shéol (l'enfer) sera alors détruit.
60. Michée dit à propos de Yahvé : « Il ne retient pas sa colère éternellement, parce qu'il se complaît dans la miséricorde. (Michée 7:18) Une assurance des plus précieuses ! Totalement en désaccord avec la doctrine de la misère sans fin.
LE TÉMOIGNAGE DE JÉSUS
61. Jésus, lorsqu'il était sur terre, prêcha de telle manière que le peuple « s'étonna des paroles gracieuses qui sortaient de sa bouche ». (Luc 4:22) Cela n'aurait pas pu arriver s'il avait menacé le peuple d'une misère sans fin. Il a prêché le salut à l'homme pécheur et coupable ; il prêcha l'amour de Dieu au monde entier ; et déclara que Dieu n'avait pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais que le monde, par lui, pouvait être sauvé. Les gens pourraient bien s'étonner de ses « paroles gracieuses ».
62. Jésus a inculqué la plus grande confiance en Dieu ; et raisonnait de la manière la plus tendre et la plus judicieuse avec le peuple, pour le dissuader de songer à l'avenir. Lisez Matt. 6:25-34. C'est l'un des passages les plus frappants de tout le Nouveau Testament. Le but du Sauveur était d'encourager, dans le cœur de ceux à qui il s'adressait, la confiance la plus implicite en Dieu, pour toutes les bénédictions futures. Dieu est bon; il est bon, même envers les ingrats et les méchants ; c'est pourquoi, dit le Sauveur, "ne vous inquiétez pas". N'aie pas peur; Dieu te fera du bien. Il t'a déjà prouvé sa bienfaisance. Il s'occupe des êtres inférieurs ; pourquoi douterais-tu ? Il habille de beauté les fleurs des champs ; pourquoi désespères-tu ? Ne vous inquiétez pas, douloureuse pensée pour l'avenir. Suffisant jusqu'à présent est le mal de celui-ci. Tel est l'esprit du passage, qui est parfaitement conforme à la doctrine de l'universalisme, mais totalement incompatible avec la doctrine de la misère sans fin.
63. Jésus a mis le peuple en garde contre la doctrine des pharisiens, qui sont bien connus pour avoir cru au châtiment sans fin. Matthieu 16 :6 ; comparer le verset 12. Il ne fait aucun doute que les doctrines des Pharisiens étaient de nature partielle. Jésus était impartial dans ses enseignements. Il était l'ami des publicains et des pécheurs, et pour cela les pharisiens le haïssaient. C'était le grand point sur lequel il différait des Pharisiens. Leur doctrine était particulièrement une doctrine de cruauté, de colère et de partialité ; c'était une doctrine d'amour, de compassion et de grâce universelle. Personne, qui fera la comparaison équitablement, ne peut éviter d'arriver à ce résultat. Méfiez-vous du levain des pharisiens.
64. Jésus a enseigné que les hommes du monde futur seront comme les anges de Dieu dans le ciel, saints, sans tache et purs. « À la résurrection, ils ne se marient pas et ne sont pas donnés en mariage, mais sont comme les anges de Dieu dans le ciel. (Matt. 22:30 Luc 20:35,36) En quel sens seront-ils comme les anges de Dieu dans le ciel ? Que le passage de Luc 20 réponde à cette question. « Ils ne peuvent plus mourir non plus, car ils sont égaux aux anges et sont les enfants de Dieu, étant les enfants de la résurrection. » Voici deux points, dans lesquels ils seront égaux aux anges, à savoir. 1er. ils seront immortels ; et 2ème. ils seront enfants de Dieu, ayant une ressemblance morale avec lui. Ce sera l'état de tous ceux qui seront ressuscités des morts.
65. Jésus a reproché aux pharisiens de fermer le royaume des cieux. "Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Car vous fermez le royaume des cieux aux hommes, car vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous ne permettez pas à ceux qui y entrent d'entrer." (Matt. 23:13) Ces pharisiens n'ont jamais été accusés d'avoir fermé le royaume de l'enfer ; cela, ils semblent être restés ouverts. Mais ils ont fermé le royaume des cieux. Jésus désirait que tous les hommes jouissent de son royaume ; et nous sommes assurés qu'enfin tous connaîtront le Seigneur, du plus petit au plus grand. Ils seront alors tous entrés dans le royaume de l'Évangile.
LE TÉMOIGNAGE DE PIERRE
66. Pierre vit, dans la vision du vase semblable à un drap tricoté aux quatre coins, que tous les hommes descendaient du ciel ; qu'ils sont tous entourés des bons soins de Dieu, pendant qu'ils sont ici sur terre ; et , que "tous seront ramenés au ciel". (Actes 10 :15 ; 11 :5-10)
LE TÉMOIGNAGE DE PAUL
67. Paul a représenté le don gratuit de la vie comme s'étendant à égalité avec le péché. "Comme, par l'offense d'un seul, le jugement est venu sur tous les hommes pour la condamnation; de même par la justice d'un seul, le don gratuit est venu sur tous les hommes pour la justification de la vie." (Rom. 5:18) C'est un passage très important. Il nous enseigne que le don gratuit de la vie éternelle s'étendra également avec le péché. D'une part, nous dit-on, le jugement est venu sur tous les hommes par le péché ; de l'autre, nous trouvons que "le don gratuit est venu sur tous les hommes pour justifier la vie". Ce don gratuit est la vie éternelle, voir Rom. 6h23. Mais, pour une autre vue de l'argument de l'apôtre dans ce lieu, voir la section 68.
68. Paul dit aussi : « Car, comme par la désobéissance d'un seul homme plusieurs ont été rendus pécheurs, ainsi par l'obéissance d'un seul plusieurs seront rendus justes. Le même nombre de ceux qui ont été rendus pécheurs, Paul déclare "seront rendus justes". Cela affirme certainement le salut de tous les pécheurs. Parkhurst dans son Lexique grec, dit, Oi polloi, le multiple, c'est-à-dire la multitude, ou la masse entière de l'humanité, Rom. 5:15,19, dans lesquels les textes oi polloi sont clairement équivalents à Pantas anthropous, all men, verses 12, 18. partie du verset, ne signifie pas seulement une partie de l'humanité, mais toute l'humanité, du premier au dernier, qui, sans exception, sont constitués pécheurs, ainsi les nombreux dans la dernière partie du verset, qui sont censés être constitués justes, par l'obéissance de Christ, doivent signifier TOUTE L'HUMANITÉ, du commencement à la fin du monde, sans exception. de même que la multitude, c'est-à-dire toute la masse de l'humanité, a été rendue pécheresse, de même la multitude, c'est-à-dire la masse entière de l'humanité, sera rendue juste. Version, qui disent : « Rien n'est plus évident que cela, que c'est l'intention de l'apôtre de représenter toute l'humanité, sans exception, comme tirant plus de profit de la mission du Christ, qu'ils n'ont subi de préjudice de la chute d'Adam. L'universalité de l'expression de l'apôtre est très remarquable. Le même " beaucoup" qui ont été rendus pécheurs par la désobéissance de l'un, sont rendus justes par l'obéissance de l'autre. Si tous les hommes sont condamnés par l'offense de l'un, les mêmes tous sont justifiés par la justice de l'autre. Ces termes universels, ainsi fréquemment répété, et si diversement diversifié, ne peut se concilier avec la limitation des bénédictions de l'Evangile, aux seuls élus, ou à une partie seulement de la race humaine." (Note de Rom. 5:19)
69. La grâce abondera plus que le péché, et régnera avec plus de puissance, de sorte qu'enfin tout se terminera dans la vie éternelle. « Là où le péché a abondé, la grâce a abondé beaucoup plus ; que, comme le péché a régné jusqu'à la mort, de même la grâce pouvait régner par la justice, jusqu'à la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. (Rom. 5:20,21) Quelle assurance bénie ! La grâce vaincra le péché ? Dans chaque cœur où le péché a régné, la grâce établira son empire. La grâce régnera triomphalement et avec succès. Nous ne voyons pas encore tout cela fait ; mais ce sera fait enfin.
70. Paul enseigne que la même créature qui a été soumise à la vanité, « sera délivrée de l'esclavage de la corruption, dans la glorieuse liberté des enfants de Dieu. (Rom. 8:21) Il est digne de remarque que c'est la même "créature", ou création, qui a été soumise à la vanité, qui doit être délivrée. Le révérend Thomas White, dans ses sermons prêchés à la chapelle Welbeck, traduit le passage ainsi : « Car LA CRÉATION a été soumise à la vanité, non pas volontairement, mais à cause de celui qui l'a soumise ; dans l'espoir que LA CRÉATION ELLE-MÊME sera également délivrée. de l'esclavage de la corruption à la glorieuse liberté des fils de Dieu. (Horne's Intro. II. 540) Le Dr Macknight décide, cette créature, dans le passage, signifie, "chaque créature humaine," "
71. Paul enseigne le salut éventuel des Juifs et des Gentils. « La cécité est en partie arrivée à Israël, jusqu'à ce que la plénitude des Gentils soit entrée ; et ainsi « TOUT ISRAL SERA SAUVE. » Rom. Xi. 25, 26. Les termes, Juifs et Gentils, englobent toute l'humanité. Paul affirme le salut ultime à la fois des Juifs et des Gentils, c'est-à-dire de tous les hommes.Quel homme sérieux peut prétendre que par la plénitude des Gentils il n'entendait qu'une partie d'entre eux, et par tout Israël, il n'entendait qu'une petite partie d'Israël ? Était-ce une telle vue qui conduisit Paul à s'exclamer, à la fin de son argumentation lumineuse sur ce sujet, " O profondeur des richesses à la fois de la sagesse et de la connaissance de Dieu ? " Si Dieu cherchait à sauver le tout et réussissait en n'épargnant qu'une fraction, la profondeur de sa sagesse était-elle si extraordinairement grande ? Et remarquez ce qu'il dit à la conclusion du chapitre XI. « Car de lui (Dieu) et par lui, et À LUI sont toutes choses » (Gr. ta panta) l'univers ; comme le dit le Dr Whitby, "Car de lui (en tant que donateur) et à travers lui (en tant que directeur et ordonnateur providentiel) et pour lui (en tant que fin) soient toutes choses." L'argumentation est complète.
72. Paul enseigne que, vivant ou mourant, nous appartenons au Seigneur. « Car aucun de nous ne vit pour lui-même, et aucun homme ne meurt pour lui-même. Car, que nous vivions, nous vivons pour le Seigneur ; et que nous mourons, nous mourons pour le Seigneur ; donc, que nous vivions ou que nous mourions, nous sommes au Seigneur. " ROM. xiv. 7, 8. Paul veut-il ici inclure toute l'humanité ? Veut-il ici affirmer que tous, sans exception, appartiennent au Seigneur ? Nous ne pouvons arriver à aucune autre conclusion. Il ajoute : « Car à cette fin, Christ mourut, ressuscita et ressuscita, afin d'être Seigneur à la fois des morts et des vivants », verset 9. Les termes « morts et vivants » signifient évidemment toute la race humaine. Bien sûr, toute la race humaine est à Christ pour toujours.
73. Paul dit : « Comme tous meurent en Adam, de même en Christ tous seront vivifiés. Je Cor. xv. 22. « Si quelqu'un est en Jésus-Christ, c'est une nouvelle créature. 2 Cor. v. 17. Par conséquent, si tous sont rendus vivants en Christ, ils seront tous de nouvelles créatures dans la résurrection des morts. Belsham dit : « Le langage de l'apôtre est si clair et si complet en ce qui concerne le bonheur final de ceux qui sont ainsi ressuscités, et que leur résurrection à la vie sera en fin de compte une bénédiction, ce que la plupart des chrétiens ont supposé, qu'il traite ici de la résurrection des vertueux seulement. Mais ce n'est pas le fait. Il parle évidemment de la restauration de toute la race humaine. Tous ceux qui mourront par Adam seront ressuscités par Christ, sinon l'affirmation de l'apôtre serait fausse. Le cas aurait alors été le suivant, comme en Adam tous meurent, de même en Christ un nombre choisi, une petite proportion, sera rendu vivant. Mais ce n'est pas la doctrine de l'apôtre. Ses expressions sont également universelles dans chaque clause. TOUS meurent en Adam. Le même TOUT, sans aucune exception, sans aucune restriction, sera par Christ restauré à la vie, et finalement à la sainteté et au bonheur éternel."
74. La mort, le dernier ennemi, sera détruite. 1 Cor. xv. 26. Si la mort est le dernier ennemi, et si elle doit être détruite, il n'y aura plus d'ennemis au bonheur de l'homme après la résurrection.
75. Paul, dans son récit de la résurrection, n'admet pas l'existence du péché à l'état immortel. " De même aussi la résurrection des morts. Elle est semée en corruption, elle ressuscite incorruption ; ***** elle est ressuscitée dans la gloire. ***** elle est ressuscitée en puissance ; ***** elle est a ressuscité un corps spirituel." 1 Cor. xv. 42-44. Quand l'apôtre s'écrie triomphalement : « mort ! où est ton aiguillon ? il veut certainement dire que le péché était absent, car « l'aiguillon de la mort est le péché ».
76. Paul dit, « que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes. 2 Cor. v. 19. Il n'est pas dit que Dieu était en Christ se réconciliant avec le monde, car il n'a jamais été sans réconcilier avec le monde; mais Dieu était en Christ réconciliant le monde avec lui-même. Par "le monde" en ce lieu, on entend sans aucun doute tous ceux pour qui le Christ est mort. Dieu était engagé dans cette œuvre ; il avait désigné les moyens de son accomplissement ; et nous croyons que, sous sa sage direction, ce sera fait.
77. Paul dit aux Galates : « Il n'y a ni Juif ni Grec, il n'y a ni lien ni liberté, il n'y a ni homme ni femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham. , et héritiers selon la promesse." Fille. iii. 28, 29. Selon quelle promesse ? Réponse. Selon la promesse de Dieu à Abraham, qu'en lui et sa postérité [Christ], toutes les nations, tribus et familles de la terre seront bénies. En Christ, donc, on ne connaît aucune des distinctions dont parle Paul. « Vous êtes tous un en Jésus-Christ. Ce point étant réglé, ajoute-t-il, « et si vous êtes à Christ [comme il l'avait prouvé], alors vous êtes la postérité d'Abraham, [c'est-à-dire, non par descendance en ligne, mais spirituellement], et héritiers selon la promesse.
78. Il dit qu'à Jésus fut donné « un nom qui est au-dessus de tout nom, qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse, des choses dans le ciel, et des choses sur la terre, et des choses sous la terre ; et que toute langue doit confesser que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père." Philippe. ii. 9-11. Le professeur Stuart, d'Andover, dit, dans ses "Lettres au Dr Channing", "Les choses dans le ciel, la terre et sous la terre, est une périphrase commune des écrivains hébreux et du Nouveau Testament, pour l'univers. Que peut-on dire par les choses célestes, c'est-à-dire les êtres célestes, fléchissant le genou devant Jésus, s'il ne s'agit pas d'un culte spirituel ? » Tant de choses du professeur Stuart. Or, si l'univers [c'est-à-dire tous les hommes sans exception] doit rendre un culte spirituel et divin au Christ,
79. La raison qui précède est confirmée par le fait que « si nous confessons de la bouche le Seigneur Jésus et croyons dans le cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, nous serons sauvés ». ROM. X. 9.
80. Il a plu au Père, par son fils Jésus, " DE RÉCONCILER TOUTES CHOSES AVEC LUI-MÊME, qu'il s'agisse des choses de la terre ou des choses du ciel ". (Col. 1:19-20) C'est une périphrase similaire à celle dont parle le professeur Stuart, [voir la section 78] qui signifie l'univers. L'expression « toutes choses », comme l'observe l'archevêque Newcome, signifie tous les êtres intelligents. C'est le plaisir de Dieu de "réconcilier toutes choses avec lui-même", - un argument irréfutable en preuve de la sainteté et du bonheur définitifs de tous les hommes.
81. Paul ordonna à Timothée de prier et de rendre grâce pour tous les hommes, ce qui était conforme à la volonté de Dieu de « faire sauver tous les hommes », qui avait nommé un médiateur pour se donner « une rançon pour tous ». (1 Tim. 2:1-6) L'argument de Paul ici est le suivant : J'exhorte d'abord à faire des supplications, des prières, des intercessions et des remerciements pour tous les hommes. Aucun n'est exclu de la faveur divine ; tous ont de quoi être reconnaissants ; car Dieu est bon et bon envers TOUS. Il voudra que tous les hommes soient sauvés, ce qui est la plus haute preuve de son respect pour tous les hommes, en exécution du dessein divin d'amener tous à la jouissance du salut.
82. Dieu est appelé "le Sauveur de tous les hommes". (1 Tim. 4:10) Ce titre s'applique à Jéhovah, car il est la source du salut. Il veut le salut de tous ; il a résolu le salut de tous ; il a promis le salut à tous ; et a confirmé cette promesse par un serment. Par conséquent, il est à l'origine le Sauveur de tous les hommes.
83. La « grâce de Dieu apporte le salut à tous les hommes et nous enseigne que, reniant l'impiété et les convoitises mondaines, nous devons vivre sobrement, justement et pieusement dans ce monde présent ». (Tite 2:11,12) Adam Clarke remarque : « On ne peut dire, sauf dans un sens très raffiné et spirituel, que cet évangile était alors apparu à tous les hommes ; mais on peut bien dire qu'il apporte le salut à tous. hommes ; c'est son dessein ; et c'est pour goûter la mort pour tout homme, que son auteur est venu au monde. Encore, ajoute-t-il ; « De même que la lumière et la chaleur du soleil ne sont niées à aucune nation ni à aucun individu, ainsi la grâce du Seigneur Jésus brille aussi sur tous ; et Dieu veut que toute l'humanité en profite également, en ce qui concerne leur âmes,
84. Christ doit "détruire celui qui avait le pouvoir de mort, c'est-à-dire le diable". (Héb. 2:14) Christ détruira tout mal et le bannira entièrement de l'univers.
85. Paul dit : « nous qui avons cru, entrons dans le repos » ; ce qui ne pourrait pas être vrai, s'ils croyaient à la doctrine de la misère sans fin. (Hébreux 4 : 3)
86. « Il est impossible à Dieu de mentir », qui a juré à Abraham de bénir toutes les tribus de la terre, en sa postérité, qui est le Christ. (Héb. 6:18) Si Dieu pouvait être faux à sa propre promesse, alors le monde pourrait ne pas être sauvé ; mais « il est impossible à Dieu de mentir ». Par conséquent, tous les hommes, sans exception, seront enfin bénis en Jésus-Christ.
87. Paul a répété le témoignage de Jérémie concernant l'alliance de Dieu avec la maison d'Israël ; "tous me connaîtront, du plus petit au plus grand." (Héb. 8:11) C'est un gage du salut antérieur du monde des Gentils. La parole de Dieu nous assure que les Gentils seront cohéritiers avec les Juifs des bénédictions de l'Evangile. Dieu dit : "Tous me connaîtront, du plus petit au plus grand". Tous les enfants d'Israël, tous les descendants d'Abraham ; non pas ceux qui peuvent se trouver sur la terre à un moment donné, mais toute la postérité du patriarche, sans exception. Ceci est similaire à ce que Paul déclare. (voir Rom. 11:26)
88. Dieu ne nous châtie jamais que « pour notre profit », faisant que tout châtiment « donne ensuite le fruit paisible de la justice à ceux qui sont exercés par cela ». (Héb. 12:10,11) Comment, alors, la doctrine du châtiment sans fin peut-elle être vraie ? Si les châtiments de Dieu donnent ensuite les fruits paisibles de la justice, comment peuvent-ils être sans fin ?
89. "Le sang de Jésus-Christ nous purifie de TOUS les péchés." (1 Jean 1:7) Il n'y a pas de péché, que le sang de Christ ne lavera pas. Bien que nos péchés soient comme l'écarlate, ils seront blancs comme la neige ; et, bien qu'ils soient rouges comme le cramoisi, ils seront comme de la laine. Jésus peut sauver le chef des pécheurs. (1 Tim. 1:15) Il a la volonté, pas moins que le pouvoir ; par conséquent, tous les hommes seront sauvés par sa grâce.
90. « C'est dans ce but que le Fils de Dieu a été manifesté, afin de détruire les œuvres du diable. (1 Jean 3:8) Le péché est l'œuvre du diable et sera détruit; mais les hommes sont l'ouvrage de Dieu et ne seront pas finalement détruits. Jésus détruira tout péché ; il est venu au monde dans ce but spécial ; et, ayant commencé le travail, il ne cédera pas, jusqu'à ce qu'il soit complètement accompli.
91. Le récit que Dieu a donné de son Fils est celui-ci ; « Que Dieu nous a donné la vie éternelle ; et cette vie est dans son Fils. (1 Jean 5:11) Ce récit est-il vrai ? c'est sûrement le cas. Qui est appelé à le croire ? toute l'humanité. Si quelqu'un ne le croit pas, il fait de Dieu un menteur, en disant que le récit de Dieu n'est pas vrai. Dieu a donc certainement donné la vie éternelle à tous les hommes dans son dessein divin.
92. Jean, le révélateur, a dit : « Et toute créature qui est dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et celle qui est dans la mer, et tout ce qui est en elle, entendis-je dire : honneur, gloire et puissance, soient à celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, aux siècles des siècles." (Apoc. 5:13) Voici un autre exemple de la "périphrase commune" des écrivains hébreux et du Nouveau Testament pour l'univers. Toute créature rendra enfin des honneurs divins à Dieu et à l'Agneau. « S'il ne s'agit pas d'un culte spirituel », dit le professeur Stuart, « je suis incapable de produire un cas où le culte peut être appelé spirituel et divin.
93. Le même illustre écrivain dit : « Qui ne te craindrait, ô Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? car toi seul es saint ; car toutes les nations viendront se prosterner devant toi ; car tes jugements sont rendus manifestes. (Apoc. 15:4) Cela signifie-t-il seulement toutes les nations qui peuvent se trouver sur la terre à un certain moment ? ou, cela signifie-t-il « toutes les nations », au sens de la promesse divine à Abraham ? Jugez-vous.
94. Il dit aussi : « Le tabernacle de Dieu est avec les hommes, et il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux et sera leur Dieu. (Apoc. 21:3) Lorsque cela sera accompli, tous les hommes seront réconciliés avec Dieu. L'Évangile est conçu pour faire de chaque cœur la demeure du Saint-Esprit ; et, lorsque le dessein de l'Évangile sera pleinement accompli, Dieu régnera dans le cœur de tous les hommes.
95. Il déclare en outre que « Dieu essuiera toutes les larmes de leurs yeux ; et IL N'Y AURA PLUS DE MORT, ni de chagrin, ni de pleurs ; il n'y aura plus de douleur ; car les premières choses sont passées. (Apoc. 21:4) Ainsi, nous voyons que la doctrine des pleurs éternels, des soupirs éternels, du chagrin éternel, de la douleur éternelle, est fausse ; faux comme la Bible est vraie. Et, bien que nous lisons, dans les Écritures, de la seconde mort, pourtant, si nous lisons de trente morts, ce ne serait pas un argument contre l'universalisme, puisque le temps est à venir, où « IL N'Y AURA PLUS DE MORT ».
96. Dieu incite toutes les bonnes personnes à prier pour le salut de tous les hommes, ce qu'il ne pourrait faire si cela était contraire à sa volonté ; parce que, « si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute » (1 Jean 5:14) et parce que « le désir du juste sera exaucé ». (Prov. 10:24)
97. Pierre a dit ; "Croyant que vous vous réjouissez d'une joie indicible et PLEINE DE GLOIRE." Est-il possible qu'ils aient cru à la doctrine du péché et de la misère sans fin ? Cela les aurait-il fait se réjouir d'une joie indicible ? Pas à moins qu'ils ne soient des démons sous forme humaine.
98. Toutes les menaces de la parole de Dieu, lorsqu'elles sont bien comprises, s'harmonisent avec la doctrine de l'universalisme ; les châtiments mentionnés n'étaient que des châtiments limités, et aucune menace ou loi n'étendant le péché, ou ses conséquences, au-delà de la résurrection.
99. L'universalisme est la seule hypothèse dans laquelle les perfections de Dieu peuvent s'harmoniser, -puisque, si les hommes sont perdus à jamais par décret ou permission de Dieu, il attaque sa bonté ; si, par sa négligence ou son manque de préconnaissance, cela met en cause sa sagesse ; ou, si le péché est trop puissant pour lui, et se rebelle trop têtu pour qu'il puisse le soumettre, il met en cause son pouvoir.
100. Enfin ; "Tout sera soumis à Christ, -Christ sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que DIEU SOIT TOUT EN TOUS." (1 Cor. 15:2