CE QUE LE NOUVEAU TESTAMENT ENSEIGNE.Le salut universel,une tres solide fondation doctrinal.

CE QUE LE NOUVEAU TESTAMENT ENSEIGNE.Le salut universel,une tres solide fondation doctrinal.

 


CE QUE LE NOUVEAU TESTAMENT ENSEIGNE

"Et ici, je peux dire brièvement qu'à mon avis, le langage du Nouveau Testament semble affirmer sans équivoque la rédemption de tous les hommes ; leur rachat réel de cet état mauvais et malade dans lequel nous sommes maintenant ; l'élévation réelle de tous à une vie parfaite. À mon sens, cette universalité semble être clairement exprimée dans l'Écriture." - HINTON, Le mystère de la douleur.

 

Nous allons maintenant examiner les très nombreux passages du Nouveau Testament qui déclarent clairement, ou impliquent, le salut de tous les hommes ; nous verrons combien ils sont nombreux. Le moment est venu de faire appel, avec toute la hardiesse voulue, à la lettre et à l'esprit du Nouveau Testament, au nom de cette espérance plus vaste. Je ne demande qu'une chose, que l'équité et l'honnêteté communes exigent, c'est que notre Seigneur, ses évangélistes et ses apôtres soient compris dans le sens de ce qu'ils disent.

 

Nous allons donc examiner quelques exemples parmi de NOMBREUX. Quand ils parlent de tous les hommes, je suppose qu'ils veulent dire TOUS les hommes, et non pas certains hommes. Lorsqu'ils parlent de toutes choses, je suppose qu'ils veulent dire TOUTES les choses. Lorsqu'ils parlent de la vie et du salut donnés au monde, je suppose qu'ils veulent dire DONNÉS, et pas simplement offerts. Lorsqu'ils parlent de la destruction de la mort, du diable et des œuvres du diable, je suppose qu'ils veulent dire que ceux-ci seront DÉTRUITS et non conservés pour toujours en enfer. Lorsqu'ils nous disent que la Création entière souffre mais qu'elle sera délivrée, je suppose qu'ils veulent dire une délivrance RÉELLE de toutes les choses créées. Quand ils nous disent que la Rédemption est plus large, plus vaste et plus forte que la Chute, je suppose qu'ils veulent nous dire au moins ceci, que TOUT le mal causé par la Chute sera balayé. Lorsqu'ils décrivent l'empire du Christ comme s'étendant sur toutes choses et toutes créatures, et qu'ils nous disent que toutes les langues doivent s'unir pour lui rendre hommage, je suppose qu'ils veulent dire ce que ces mots traduisent dans leur sens ordinaire. Si je ne le faisais pas, ne devrais-je pas faire de Dieu un menteur ?

Que requiert le credo traditionnel ? Il exige pratiquement une BIBLE MUTILISÉE. Plus encore, il nous demande d'expurger précisément ce qu'il y a de plus noble et de plus divin dans l'Écriture Sainte. Je n'ai aucun désir d'ignorer "les terreurs du Seigneur" -- (voir chapitre suivant). Elles méritent et doivent être pleinement reconnues. J'insiste cependant sur le fait que ces enseignants interprètent mal la Sainte Écriture qui oublie que son but essentiel est de déployer Son nom, qui est "notre Père", et de proclamer Sa pleine victoire dans l'extinction de tout mal, et non dans sa perpétuation en enfer. 

 

Je proteste contre l'enseignement qui consiste à dire que "Tout" signifie dans la phrase scripturaire absolument "Tout" quand un certain mal est annoncé, mais que "Tout" ne signifie que "certains" quand on parle du salut final. Ce mode d'interprétation très inéquitable est tellement enraciné qu'il est devenu involontaire. La restitution de toutes choses signifie, nous dit-on, que seuls certains êtres seront restaurés, tandis que d'autres seront torturés pour toujours, ou anéantis. Que Dieu soit enfin "tout en tout" signifie qu'il enfermera à jamais beaucoup de gens dans un mal sans fin, pour qu'ils le blasphèment et le haïssent éternellement, et qu'il ne sauvera que les autres. Que ses tendres miséricordes s'étendent sur toutes ses œuvres signifie, dans le credo ordinaire, que ses tendres miséricordes expirent aux portes de l'enfer. Aussi solennelle que soit la question, il y a quelque chose de presque ridicule, lorsque nous trouvons ceux qui enseignent ainsi, se retournant ensuite pour nous accuser d'éluder les mots de l'Écriture.

Je soutiens que toute l'histoire de l'exégèse ne contient pas de fait plus étrange que cette ignorance persistante d'une si grande partie du Nouveau Testament. Pour le faire ressortir clairement, je joins la chaîne suivante de passages tirés d'une longue série. Ceux-ci, clairement et étroitement liés, revendiquent pour le Christ un empire salvateur coextensif à la race, ou (peut-être) plutôt à l'univers entier. Ce lien est clairement marqué, car chaque passage suggère ou contient la même idée centrale, et forme ainsi un maillon d'une chaîne continue. Cette chaîne commence à la création, lorsque toutes choses ont été créées par le Christ, qui donc, comme le laisse entendre S. PAUL, réconcilie (recrée) toutes choses avec Dieu -- Col. 1:16-20. Son œuvre est donc la restitution de toutes choses - Actes 3:21. Il est l'héritier de toutes choses -- Héb. 1:2. Le Père lui a donné autorité sur toute chair, pour donner à quiconque lui a été donné la vie éternelle -- S. Jean 17:2 (voir original). Ainsi toute chair verra le salut de Dieu -- S. Luc 3:6. Car Dieu, dont le conseil est immuable -- Héb. 6:17,18, dont l'attitude envers ses ennemis est un amour immuable -- S. Luc 6:27-35, veut que tous les hommes soient sauvés -- 1 Tim. 2:4, et que tous viennent à la repentance -- 2 Pi. 3:9. Il a enfermé tous les hommes dans l'incrédulité, afin de pouvoir faire miséricorde à tous -- Rom. 11:32. Car c'est de lui, comme source, et vers lui, comme fin, que viennent toutes choses -- Rom. 11:36. Il a donc soumis toutes choses aux pieds de Christ -- Eph. 1:22. Nous sommes donc assurés que Dieu veut rassembler en un seul tout ce qui est en Christ -- Eph. 1:10. Sa grâce vient sur tous les hommes pour la justification de la vie -- Rom. 5:18. Ainsi Jésus, sachant que le Père a remis toutes choses entre ses mains -- S. Jno. 13:3, promet par sa Croix d'attirer tous les hommes à lui -- S. John. 12:32. Car ayant, comme il a été dit, tout reçu du Père -- S. Jno. 3:35, tout ce qui a été donné vient à Lui, et Il ne perd rien -- S. Jean. 6:37-39, mais s'il y en a qui s'égarent, il poursuit ce qui est perdu jusqu'à ce qu'il le trouve -- S. Luc 15:4 , et ainsi il fait toutes choses nouvelles -- Apoc. 21:5.

Ainsi, Il vient afin que TOUS les hommes croient --- S. Jean. i. 7 --- afin que le monde par Lui soit sauvé -- S. Jean. 3:17. Sa grâce apporte le salut à tous les hommes - Tit. 2:11. Il enlève le péché du monde -- S. Jean. 1:29. Il donne sa chair pour sa vie -- S. Jean. 6:51. Parce que les dons et l'appel de Dieu sont sans repentance (sont irrévocables) -- Rom. 11:29, Il donne la vie au monde -- S. Jean. 6:33. Il est la Lumière du monde -- S. Jean. 8:12. Il est la propitiation pour les péchés du monde entier -- 1 Jean. 2:2. Il est le Sauveur de tous les hommes -- 1 Tim. 4:10. Il détruit les oeuvres du diable, non pas certaines d'entre elles seulement -- 1 Jn. 3:8, et le diable lui-même -- Héb. 2:14. Il abolit la mort -- 2 Tim. 1:10. Il s'est manifesté pour ôter le péché -- Héb. 9:26, et ainsi il soumet toutes choses à lui-même -- Ph. 3:21 (le contexte montre clairement que cette soumission est une conformité à lui-même). Il n'oublie pas les morts, mais porte l'Évangile jusqu'au séjour des morts -- 1 P 3:19, dont il détient les clés -- Ap 1:18. Il est le même (Sauveur) pour toujours -- Héb. 13:8. Ainsi, même les morts sont évangélisés -- 1 P. 4:6, et la mort et le séjour des morts sont détruits -- Ap 20:14. Tous sont donc rendus vivants en Lui -- 1 Cor. 15:22. Le Christ termine, achève son œuvre -- S. Jean. 17:4, restaure toutes choses -- Actes 3:21, et il n'y a plus de malédiction -- Apoc. 22:2,3. Tous les genoux des choses dans le ciel, sur la terre et sous la terre, fléchissent devant lui -- Phil. 2:10. La création est délivrée de l'esclavage de la corruption -- Rom. 8:21, et toute créature s'unit au chant de louange -- Apoc. 5:13. Ainsi vient la FIN, quand il livre le Royaume à Dieu, qui est alors TOUT EN TOUS -- 1 Cor. 15:24-28.

 

Ces passages, je le répète, ne sont pas pris au hasard et empilés n'importe comment. Ils sont l'expression de ce but qui traverse la Bible. C'est un dessein qui est énoncé pour la première fois dans la création de l'homme à l'image de Dieu, un dessein que l'on retrouve dans la Loi, les Psaumes et les Prophètes, et plus clairement encore dans le Nouveau Testament. Nous y apprenons que (I.) le Christ est venu, revendiquant comme sienne toute la race humaine, dans le but de sauver et de restaurer le TOUT, et non une fraction de celle-ci, aussi grande soit-elle. (II.) Il est venu avec un plein pouvoir "sur toute chair", ayant reçu le pouvoir dans le ciel et sur la terre - sur tous les cœurs, tout le mal, toutes les volontés. (III.) Il a vécu, est mort et est ressuscité, victorieux dans le sens le plus complet du terme, "ayant achevé son œuvre", comme il le prétend expressément.

Ainsi, nier l'universalité absolue de l'action rédemptrice du Christ, destinée à embrasser TOUTES LES ÂMES ET TOUTES LES CHOSES, ne semble pas moins que retirer du Nouveau Testament une partie essentielle et vitale de son enseignement. Car il ne s'agit pas ici de quelques passages dans lesquels il serait possible de dire que le mot "TOUT" a été utilisé dans un sens relâché. Nous avons affaire à une série connectée dans laquelle les liens se succèdent, une série dans laquelle l'universalité réelle, et non potentielle, du royaume du Christ est le centre et la pensée essentielle. Considérons maintenant un peu plus en détail les passages eux-mêmes, en les prenant dans leur sens naturel et juste, non obscurci par la glose traditionnelle.

"CAR LE FILS DE L'HOMME EST VENU SAUVER CE QUI ÉTAIT PERDU". S. Matthieu 18:11.

Ici, la question est simplement la suivante : Jésus-Christ fera-t-il ce qu'il est venu faire, ou échouera-t-il - comme l'enseigne indubitablement le credo traditionnel, en dépit de toutes les dénégations ? Sauvera-t-il ce qui était perdu et non pas simplement une partie des perdus, ce qui est totalement différent ? Comment "ce qui était perdu" peut-il être sauvé, si une âme est finalement perdue ?

 

"DANS LA RÉGÉNÉRATION". - (PALINGENESIA) S. Matt. xix. 28.

Ce passage, trop souvent ignoré, semble certainement promettre cette nouvelle création de toutes choses, dans laquelle le Christ, qui a fait le premier, doit un jour refaire toutes choses ; cf. Les personnes réfléchies remarqueront (voir Contexte) le lien entre la restauration et le jugement.

 

"TOUTE CHAIR VERRA LE SALUT DE DIEU". S. Luc iii. 5.

Cité d'ISAÏE, ch. xl. 5, "La vue est double, comme il ressort de la suite (sec ch. lx.). C'est (I) la vue naturelle des actes glorieux de Jéhovah en faveur de son peuple ; et (II.) la reconnaissance spirituelle de Jéhovah comme le Seigneur. " - CHEYNE. Il est donc certain que ces paroles vont dans le sens d'un salut qui sera tout à fait universel, "car sans sainteté, nul ne verra le Seigneur". - Héb. xii. 14. "Ceux qui ont le cœur pur verront Dieu". - S. Matt. v. 8.

"MAIS MOI, JE VOUS DIS : AIMEZ VOS ENNEMIS, FAITES DU BIEN À CEUX QUI VOUS HAÏSSENT, ET VOUS SEREZ LES ENFANTS DES PLUS ÉLEVÉS. S. Luc vi. 27-35.

 

"Mais je vous dis : Aimez vos ennemis." Les partisans de la pénalité sans fin nous diront-ils franchement comment cela peut être concilié avec la lettre, ou l'esprit, de ce texte ? Expliqueront-ils pourquoi Dieu nous commande d'aimer nos ennemis, alors qu'il condamne ses propres ennemis à un enfer sans fin ; et pourquoi il nous demande de faire du bien à ceux qui nous haïssent, alors qu'il a l'intention de punir et de faire du mal à ceux qui le haïssent ?

"MAIS QUAND UN PLUS FORT QUE LUI VIENT À SA RENCONTRE ET LE VAINC, IL LUI ENLÈVE TOUTE L'ARMURE DANS LAQUELLE IL S'ÉTAIT ENFERMÉ ET PARTAGE SON BUTIN." S. Luc xi. 22 ; S. Matt. xii. 29.

Il est affirmé ici (a) que le Christ est plus fort que Satan, (b) que le Christ vaincra Satan, (c) qu'il lui enlèvera toute son armure, (d) qu'il divisera, c'est-à-dire qu'il emportera son butin. Chacune de ces affirmations contredit le credo populaire, car celui-ci enseigne (a) que le mal est plus fort que le bien, (b) qu'il l'emporte sur le bien dans d'innombrables cas, (c) que le pouvoir de Satan sur le mal ne disparaît pas, mais dure éternellement, (d) que son butin - les âmes qu'il a capturées - n'est pas divisé, c'est-à-dire qu'il ne lui est pas enlevé. Et observez que la victoire de notre Seigneur sur les puissances du mal ne consiste pas à enfermer un seul de leurs captifs en enfer, mais à les libérer tous.

 

"QUEL EST L'HOMME D'ENTRE VOUS QUI A CENT BREBIS * * S'IL EN PERD UNE, NE LAISSE PAS LES QUATRE-VINGT-DIX-NEUF * * ET NE VA PAS À LA POURSUITE DE CELLE QUI EST PERDUE JUSQU'À CE QU'IL LA TROUVE ?". S. Luc xv. 4.

Les commentateurs antiques suivent deux lignes principales : (I.) les cent brebis sont tous les hommes ; (II.) ce sont toutes les créatures spirituelles ; dans le premier cas, les méchants sont les brebis égarées ; dans le second, l'humanité elle-même, qui par la Chute s'est éloignée du bercail céleste. Les deux conceptions semblent impliquer l'universalisme. En effet, dans l'une, tous les méchants, dans l'autre toute l'humanité, sont recherchés jusqu'à ce qu'ils soient trouvés. Toute réduction des "brebis" aux élus est tout à fait étrangère à l'esprit de cette parabole, qui s'adressait spécialement au publicain et au pécheur. Voyez l'ampleur de l'argumentation de Christ : "Quel homme d'entre vous, demande-t-il, ne ferait pas cela ?" Observez l'immense signification de l'enseignement du Christ. Il sanctionne expressément le droit d'argumenter à partir de ces sentiments humains, partagés même par le proscrit et le pécheur, jusqu'aux sentiments divins. (pp. II, 14-6.) Notez aussi le motif invoqué - la perte divine. Ce n'est pas l'homme qui perd son âme, c'est Dieu qui perd l'homme ; (un fait ignoré - avec beaucoup d'autres choses - dans l'enseignement populaire).

 

"QUELLE FEMME, AYANT DIX PIÈCES D'ARGENT, SI ELLE EN PERD UNE, NE CHERCHE PAS AVEC DILIGENCE JUSQU'À CE QU'ELLE LA RETROUVE ?" S. Luc xv. 8.

Voilà précisément la même large base humaine, et le même large enseignement plein d'espérance. Gardez fermement en vue les faits enseignés ici : (I.) - Nos propres sentiments d'amour et de pitié sont un guide sûr pour les sentiments de Dieu ; sur ces sentiments mêmes le Christ s'appuie expressément, en demandant : "quel homme d'entre vous ?" (II.) - Toute âme perdue est la perte de Dieu, qui, par conséquent, cherche à la récupérer ; et (III.) - cherchera jusqu'à ce qu'Il la trouve. (IV.) - La totalité de la perte est réparée. (V.) Si Dieu sent la perte de l'homme, il la sentira toujours. Donc, si le péché est sans fin, la Passion divine doit sûrement être sans fin aussi.

 

"CAR LE FILS DE L'HOMME EST VENU CHERCHER ET SAUVER CE QUI ÉTAIT PERDU." S. Luc xix. 10.

S'il en est ainsi, je déduis de ses propres paraboles et de sa nature essentielle que, tant que quelque chose sera perdu, Jésus-Christ continuera à chercher et à sauver ; car n'est-il pas toujours le même ? (Héb. xiii. 8.) " Les perdus " sont à sa charge, et non certains des perdus, ce qui est très différent. Ou devons-nous lire ce verset ainsi : "Il est venu en effet pour sauver 'les perdus' - mais ceux qui, au sens le plus complet du terme, sont 'perdus', Il ne les sauvera jamais ?".

"LE MÊME EST VENU * * POUR QUE TOUS LES HOMMES, PAR LUI (LE CHRIST), CROIENT." S. Jean i. 7.

Oui, que tous les hommes croient, tel est bien le but divin, le but de Celui qui a envoyé le Baptiste. Mais osons-nous dire que ce que Dieu veut, il ne le fera pas ? Je lis distinctement l'immuabilité de son conseil (Héb. vi. 17). Dois-je croire que le dessein immuable du Dieu tout-puissant et immuable finira par échouer ?

 

"VOICI L'AGNEAU DE DIEU, QUI ENLÈVE LE PÉCHÉ DU MONDE". S. Jean i. 29.

C'est ici qu'est exposée l'étendue de l'œuvre du Christ. C'est le péché du monde, et pas moins, qu'Il ôte. Mais, s'il est ôté, comment peut-il y avoir un enfer sans fin pour sa punition ? Tout cela n'est-il qu'un jeu de mots ? Devons-nous donc affirmer du Christ : "Voici l'Agneau de Dieu qui essaie d'ôter le péché du monde mais qui échoue ?".

"CAR DIEU A ENVOYÉ SON FILS * * POUR QUE LE MONDE SOIT SAUVÉ PAR LUI." S. Jean iii. 17.

Nos adversaires disent que le dessein de Dieu échouera. Il nous assure, au contraire, par son prophète, que sa parole ne reviendra pas à lui sans effet, mais qu'elle accomplira sa volonté.

 

"LE PÈRE AIME LE FILS, ET IL A REMIS TOUTES CHOSES ENTRE SES MAINS." S. Jean iii. 35.

La pertinence de cette affirmation est évidente, car "tout ce que le Père Me donne", dit le Christ, "viendra à Moi", ch. vi. 37. C'est l'un des nombreux passages qui montrent l'universalité absolue du royaume du Christ ; comparez le chapitre xiii. 3, et voyez le lien entre le don de toutes choses au Christ et sa mort expiatoire. Voyez aussi S. Matt. xi. 27, où, juste avant l'appel bien connu, " venez à moi ", Jésus a dit que toutes choses lui ont été remises par son Père ; un lien certainement suggestif. Lisez aussi S. Mat. xxviii. i8, et notez le lien entre tout pouvoir donné au Christ et son droit sur toutes les nations. De même, dans Héb. ii. 8-9, le lien est significatif entre le don de toutes choses à Jésus-Christ et le fait qu'il goûte à la mort pour chaque homme. De même qu'il crée toutes choses (en réalité), de même il rachète et restaure toutes choses (en réalité, et non en puissance) ; Dieu lui a donné toutes choses ; et toutes les choses qui lui ont été données viendront à lui.

 

"LE CHRIST, LE SAUVEUR DU MONDE". S. Jean iv. 42.

Le Christ est ici appelé le Sauveur du monde. L'espérance la plus large plaide simplement pour que le Christ sauve effectivement le monde.

"(Celui) qui donne la vie au monde" S Jean vi. 33.

Dans l'Écriture, le monde (cosmos) est la masse impie. Il est mis en contraste avec le cercle restreint des fidèles, les élus. Mais ce monde est sans cesse revendiqué par le Christ. Il lui donne la vie, et ses dons sont "sans repentance".

" TOUT CE QUE LE PÈRE ME DONNE VIENDRA À MOI ; * * ET TELLE EST LA VOLONTÉ DU PÈRE * * QUE DE TOUT CE QU'IL M'A DONNÉ * * JE NE PERDE RIEN. " S. Jean vi. 37-9.

Nous avons vu que Dieu le Père a donné au Christ, non pas quelques choses, mais toutes choses ; et ici nous avons la promesse de Jésus-Christ, que tout ce qui lui a été donné viendra à lui, et que rien ne sera perdu (S. Jno. vi. 12).

"MA CHAIR, QUE JE DONNERAI POUR LA VIE DU MONDE". S. Jean vi. 51.

Encore une fois, c'est le monde pour la vie duquel le Christ doit donner sa chair. Peut-il donner en vain ? Ses dons sont " sans repentance ", c'est-à-dire qu'ils doivent être finalement efficaces, même si on leur résiste.

"ALORS JÉSUS A PARLÉ * * JE SUIS LA LUMIÈRE DU MONDE. S. Jean viii. 12.

Ici aussi, le monde est celui dont le Christ est la Lumière et la Vie.

"ET MOI, SI JE SUIS ÉLEVÉ DE TERRE, J'ATTIRERAI TOUS LES HOMMES À MOI." S. Jean xii. 32.

Le commentaire le plus simple est le meilleur. Une attraction partielle, c'est-à-dire un salut partiel, rend ses paroles mensongères. Ce que notre Seigneur dit, dans la conscience de la puissance, et en utilisant le terme appliqué à la grâce contraignante du Père, ch. Vi. 44, c'est que je vais (réellement) attirer tous les hommes. Il ne dit pas, ou n'implique pas, que j'essaierai d'attirer, et que j'échouerai. On lit les commentaires des hommes de bien sur ce passage, avec un sentiment proche du désespoir, lorsqu'ils essaient de faire dire à Jésus-Christ ce qu'Il n'a pas dit, et de ne pas dire ce qu'Il a dit. Ce qu'Il a dit est exactement donné dans les lignes suivantes :

Ainsi j'élèverai dans Mes mains transpercées

Au-delà de la portée du chagrin et de la culpabilité

La création entière. - E. B. Browning

"CAR JE NE SUIS PAS VENU POUR JUGER LE MONDE, MAIS POUR SAUVER LE MONDE". S. Jean xii. 47.

Il s'agit là d'une déclaration aussi distincte que possible du but du Christ ; on ne peut en éluder la force qu'en affirmant que le Christ ne parviendrait pas à accomplir la chose même qu'il est venu faire : et cette affirmation doit être faite en dépit des passages explicites qui déclarent l'intégralité de son triomphe.

 

"JÉSUS, SACHANT QUE LE PÈRE AVAIT REMIS TOUTES CHOSES ENTRE SES MAINS". S. Jean xiii. 3.

Ces paroles nous conduisent à la veille même de la Passion. "Sachant que son heure était venue", v. 1, Jésus sait aussi que toutes choses ont été remises entre ses mains (voir ch. iii. 35 ; xvii 2 ; S. Matt. xxviii. 18 ; xi. 27 ; Eph. i. 22). Une telle connaissance à une telle heure est profondément significative. A l'approche de la Croix, vient l'encourager la connaissance qu'à Lui ont été données toutes choses, c'est-à-dire l'assurance d'une victoire absolue.

"COMME TU LUI AS DONNÉ AUTORITÉ SUR TOUTE CHAIR. AFIN QUE TOUT CE QUE VOUS LUI AVEZ DONNÉ, IL LE DONNE À LA VIE ÉTERNELLE." S. Jean xvii. 2.

Même la version révisée ne parvient pas à faire ressortir avec clarté le fait central, à savoir que la vie éternelle a été donnée à toute chair par le Christ. La version originale est littérale : "Tu lui as donné autorité sur toute chair, afin que (pour) TOUT ce que tu lui as donné, à eux (c'est-à-dire à tous), il donne la vie éternelle." Le grec est clair ; mais nos versions manquent, en ne répétant pas l'emphase tous (répétée dans l'original), qui implique le don (et non l'offre) de la vie éternelle à TOUS par le Christ - obscurcissant ainsi le sens. Il est nécessaire de remarquer, si nous voulons comprendre l'enseignement de S. JEAN, l'accent mis sur la SOUVERAINETÉ divine dans la Rédemption, une souveraineté qui est amour. - (Notre recul face au calvinisme a aveuglé la plupart des lecteurs sur cette vérité qui imprègne toute l'Ecriture Sainte). Ainsi le Père dispose de toutes choses, et donne toutes choses au Christ, ch. xiii. 3 ; iii. 35 ; xvii. 2 (S. Matt. xxviii 18). A l'heure même prévue, ch. xvii. 1 ; ii. 4 ; xii. 23 ; xii. 1 ; chaque partie de la grande œuvre est accomplie.

" C'EST ACHEVÉ ". S. Jean xix. 30 ; (cfr,. xvii. 4.)

Qu'est-ce qui est achevé ? la douleur - la Croix ? Il est inconcevable qu'un tel orateur, à une telle heure, puisse signifier moins que cela, à savoir que TOUT est achevé dans toute son étendue. La grande fin et le grand but sont maintenant atteints - atteints dans toute leur longueur, leur largeur et leur hauteur. Le but du salut, qui englobe toute l'humanité, ne peut en aucun cas échouer, car - bien que le contraire puisse sembler vrai - IL EST TERMINÉ.

"IL EST LA PROPITIATION POUR NOS PÉCHÉS, ET NON SEULEMENT POUR LES NÔTRES, MAIS AUSSI POUR CEUX DU MONDE ENTIER." 1 S. Jean ii. 2.

* Il est bon de se souvenir de cela, quand on nous dit gravement que "la toute-puissance elle-même ne peut pas sauver les pécheurs obstinés." Or, en matière de salut, nous avons l'affirmation expresse que même le chameau peut passer par le trou de l'aiguille ; car avec Dieu " TOUT EST POSSIBLE ".

Remarquez ici le contraste entre le monde et les vrais disciples ; et pourtant la propitiation ne doit pas être limitée à un petit nombre, elle est pour tous. L'inquiétude de S. JEAN est d'affirmer cela pour tous. Ici, comme si souvent, le but étroit et le but large du salut sont tous deux mentionnés : le but étroit n'exclut pas, comme dans l'opinion populaire, mais inclut et implique le but large ; une vérité de la plus profonde importance.

 

"IL A ÉTÉ MANIFESTÉ POUR ÔTER LES PÉCHÉS". 1 S. Jean iii. 5.

Il faut comparer ce passage avec celui de Saint-Jean i. 29. Là, le Christ enlève le péché - considéré comme un vaste ensemble - de toute l'humanité ; ici, les péchés, c'est-à-dire les péchés individuels des hommes.

 

"LE FILS DE DIEU A ÉTÉ MANIFESTÉ POUR DÉTRUIRE LES OEUVRES DU DIABLE". 1 S. Jean iii. 8.

Le but même de la manifestation du Fils de Dieu est ici déclaré comme étant la destruction des œuvres de Satan. Comment cela peut-il donc être vrai, alors que la douleur et le péché subsistent pour toujours ? Aucune idée ne peut être plus exactement opposée que la permanence du mal, et pourtant la destruction des œuvres du diable. Le péché, et tout ce qu'il implique, est-il l'œuvre du diable ? Oui, ou non ? Vous ne pouvez pas répondre par la négative, si vous acceptez le point de vue de l'Écriture. Mais, si l'affirmative est vraie, alors tout enfer, tout péché et toute tristesse doivent être balayés.

"LE PÈRE A ENVOYÉ LE FILS POUR ÊTRE LE SAUVEUR DU MONDE". 1 S. Jean iv. 14.

N'y a-t-il pas un goût de dérision à dire que le Père a envoyé le Fils pour détruire le mal et sauver le monde, que le Fils est victorieux, et que pourtant le mal ne sera pas détruit et le monde ne sera pas sauvé ?

"NE CRAINS PAS * * J'AI LES CLÉS DE L'ENFER ET DE LA MORT." Apocalypse i. 18.

Paroles significatives ; doublement significatives si l'on se rappelle que le Christ venait d'utiliser ces clés pour ouvrir les portes de la prison, lors de Sa descente dans le Hadès. Comment, dans ce cas, la mort (la seconde, ou toute autre mort) peut-elle séparer de Jésus-Christ (qui détient les clés) - de son pouvoir de sauver ?

 

"ET TOUTE CRÉATURE QUI EST DANS LE CIEL, SUR LA TERRE ET SOUS LA TERRE, * * j'ai entendu dire à celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, des bénédictions," &c. Apoc. v. 13.

Ces mots englobent toute chose créée - sur la terre, sous la terre et dans la mer. Tous sont représentés comme gonflant le chœur de louanges à Dieu et à l'Agneau. Oui, à cette fin, nous avons confiance et nous espérons que toute la création vient effectivement, parce que nous croyons la promesse distincte de Dieu, que toutes choses seront faites nouvelles. Sinon, comment toutes choses pourraient-elles se joindre à ce chœur glorieux ? Comparez les notes sur Eph. i. 10 ; Phil. ii. 11.

"La mort et l'enfer ont été précipités dans le lac de feu " Apoc. xx. 14.

 

" Le sens de l'ensemble semble être qu'à la consommation finale de toutes choses, tout mal, physique et moral, sera aboli. " - Évêque WARBURTON.

"VOICI * * JE FAIS TOUTES CHOSES NOUVELLES". Apoc. xxi. 5.

C'est la même glorieuse espérance, non pas pour quelques-uns, mais pour tous ; rien de moins que toutes les choses doivent être faites nouvelles.

"JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA, LE COMMENCEMENT ET LA FIN". Apoc. xxi. 5 ; (i. 8 ; xxii. 13).

Le lecteur attentif remarquera que cette affirmation revendique pour Dieu une position qui nie le dualisme final : de même qu'Il était la Source, Il est le But de toutes choses. Dieu est le TERMINUS de la création ; le courant doit retourner à sa source. Le dualisme inconscient de la théologie actuelle est un obstacle à toute véritable appréhension de la pensée de l'Apôtre, qui semble être la même que celle que S. PAUL exprime dans Rom. xi. 36.

 

"ET LES FEUILLES DE L'ARBRE ÉTAIENT POUR LA GUÉRISON DES NATIONS. ET IL N'Y AURA PLUS DE MALÉDICTION" Apocalypse xxii. 2-3.

C'est là une allusion frappante à une restauration future ; une allusion au fait que les nations seront un jour, dans un âge futur, guéries, car tout ceci est postérieur à la disparition de la terre actuelle, le ciel (ch. xxi. r). Et comme résultat de cette guérison, il n'y aura plus de malédiction - plus de douleur - plus de larmes - mais toutes les choses seront renouvelées.

"LES TEMPS DE LA RESTITUTION DE TOUTES CHOSES". Actes iii. 21.

Toutes les choses doivent être restaurées ; (apokatastasis, c'est-à-dire une restauration complète), et il est dit que c'est le sens de l'œuvre du Christ, le sens de la promesse à ABRAHAM, de l'alliance juive (v. 25). C'est ce que Dieu a dit par tous "les prophètes depuis le commencement du monde", et c'est ce qu'enseigne la grande espérance.

" ET AVOIR L'ESPÉRANCE QU'IL Y AURA UNE RÉSURRECTION * * TANT DES JUSTES QUE DES INJUSTES. " Actes xxiv. 15.

Notez ces mots. S. PAUL pouvait-il espérer une résurrection des injustes si cela signifiait pour eux un châtiment sans espoir ? "Qui est un si grand fou," demande un célèbre Père, "pour penser qu'un bienfait aussi grand que la Résurrection puisse être, pour ceux qui ressuscitent, une occasion de tourments sans fin ?".

Je profite de cette occasion pour attirer l'attention sur le fait qu'il y a dans l'Écriture une loi d'expansion bien définie. D'abord, une famille est choisie, puis cette famille s'étend en une nation, puis la nation est déclarée être la source de bénédiction de toutes les nations. Parallèlement à cette expansion numérique, une expansion spirituelle est visible. Les sacrifices prescrits, le rituel élaboré, sont mis de côté en faveur d'un credo spirituel, même dans l'Ancien Testament. Si l'on passe au Nouveau Testament, la loi est la même, mais plus active encore. Par ce qui semble étrange à un jugement hâtif, le Christ consacre la moitié de son temps aux corps des hommes, mais nous voyons que le sens est qu'il se soucie de l'homme tout entier, et ce soin s'étend à la noble promesse de la résurrection. Vient ensuite une expansion des plus significatives. Toutes les barrières tombent devant la marche de la Rédemption. Les morts, les morts impénitents, sont évangélisés ; la Croix pénètre le Hadès, 1 P. iii. 18-20 ; iv. 6. Et ce n'est pas tout, il y a des indices suffisamment clairs d'une plus grande expansion encore. "Tout ce qui est dans les cieux ", " les Principautés et les Puissances ", - Eph. i. 10 ; iii. 10, &c. ; Col. i. 15-20, sont incluses dans le champ de l'Expiation. Un espoir peut-il être plus large que celui suggéré ici directement par la Bible elle-même ? La question semble plutôt être la suivante : nos espoirs les plus larges sont-ils assez larges ? Existe-t-il un coin, un recoin ou un abîme, dans tout l'univers de Dieu, qui ne soit pas éclairé par la Croix ? Y aura-t-il un péché, un chagrin ou une douleur non guéris ? L'univers même, la création dans toute son étendue, est-elle un champ assez large pour le Fils de Dieu ?

 

Nous avons vu combien sont nombreux les passages que contiennent les écrits de S. Matthieu, S. Luc et S. Jean, enseignant directement ou indirectement le salut de tous les hommes. Considérons maintenant les épîtres de S. Paul, S. Pierre, et celle aux Hébreux. Nous trouverons dans ces livres le courant de la promesse s'élargissant encore - l'universalité de la Rédemption indiquée avec une précision de langage et une variété d'illustrations, qu'il ne semble pas possible de concilier avec un mal sans fin. Je ne veux pas dire que chaque passage cité est en soi concluant. Je veux dire que tous sont pertinents, en tant que maillons de cette grande chaîne de promesses, qui consacre la doctrine de la restauration universelle. Et ici se pose une question importante. Comment - dans l'hypothèse d'un mal sans fin - pouvons-nous expliquer de tels passages, qui pointent naturellement et évidemment vers une plus grande espérance ? On ne peut nier que la Bible offre un espoir de réconciliation universelle, etc. Et si cette restauration universelle ne doit jamais avoir lieu, comment cette promesse a-t-elle pu être faite ? Comment la Bible a-t-elle pu susciter des espoirs qui n'ont jamais été destinés (nous dit-on) à s'accomplir, dans un domaine aussi indiciblement important ? Les auteurs inspirés, conscients que toutes les choses (au sens naturel des mots) ne seront jamais restaurées, et affirmant pourtant positivement qu'elles le seront, nous présentent un fait dont nos adversaires pourraient bien être invités à rendre compte et à expliquer.

 

S. Les écrits de S. PAUL méritent naturellement une attention particulière ici. Il est, pour ainsi dire, l'apôtre-état, dont l'esprit couvre tout le champ du dessein divin et de la destinée humaine. Je dois noter deux points. (I.) Non seulement S. PAUL affirme la Souveraineté divine, mais elle est au centre de son enseignement. Il voit partout un dessein qui s'accomplit lentement mais sûrement, un dessein auquel on peut résister, mais qui doit finalement prévaloir. (II.) Chez cet Apôtre, la Résurrection est mise en évidence de façon frappante, comme étant, de par sa nature essentielle, une force spirituelle et rédemptrice, comme étant en fait le point culminant de l'oeuvre du Christ pour l'homme.

"LA PROMESSE D'ÊTRE L'HÉRITIER DU MONDE * * À ABRAHAM". Rom. iv. 13.

Remarquons ici que l'élection des Juifs par Dieu implique réellement le salut du monde ; car ABRAHAM EST "héritier du monde" (voir sur l'élection au ch. vi.), c'est-à-dire qu'il reçoit en héritage le monde entier.

"AINSI, COMME PAR LA FAUTE D'UN SEUL, LE JUGEMENT EST VENU SUR TOUS LES HOMMES POUR LES CONDAMNER, DE MÊME PAR LA JUSTICE D'UN SEUL, LE DON GRATUIT EST VENU SUR TOUS LES HOMMES POUR LA JUSTIFICATION DE LA VIE." Rom. v. 16-18.

 

Je recommande vivement une étude de l'ensemble de l'orientation et de l'argumentation de ce passage. Il est, je pense, absolument inconciliable avec un salut partiel. Il contient une déclaration aussi explicite que les mots peuvent le faire, de cette grande vérité - le remède de Dieu est COEXTENSIF AVEC, ET EST PLUS FORT, QUE LE PÉCHÉ. Partout, sur qui le péché s'est abattu, là la grâce de Dieu, par Jésus-Christ, viendra guérir. Dans le même sens que "la multitude" (tous les hommes) a été rendue pécheresse, ainsi "la multitude" aura la justice - non pas simplement offerte - mais sera rendue juste. Et ici, je prends position sur ces mots clairs de l'Écriture, et je maintiens qu'aucun état de péché final, pour aucune âme, n'est compatible avec eux. Nos adversaires expliqueront-ils comment la grâce de Dieu (v. 15) peut être plus puissante en fait que le péché, s'il existe un enfer sans fin ? Expliqueront-ils comment la grâce peut être plus abondante que l'offense - s'il y a un lieu de malheur sans fin ? Notez le grand principe sous-jacent, à savoir que la grâce est plus forte que le péché, toujours et partout plus forte (enfin).

"PARCE QUE LA CRÉATURE ELLE-MÊME SERA DÉLIVRÉE DE L'ESCLAVAGE DE LA CORRUPTION POUR ENTRER DANS LA LIBERTÉ GLORIEUSE DES ENFANTS DE DIEU. NOUS SAVONS, EN EFFET, QUE LA CRÉATION TOUT ENTIÈRE GÉMIT ET SOUPIRE DANS LA DOULEUR JUSQU'À CE JOUR. * NOUS SAVONS EN EFFET QUE TOUTE LA CRÉATION GÉMIT ET SOUFFRE JUSQU'À PRÉSENT, DANS L'ATTENTE DE L'ADOPTION, C'EST-À-DIRE DE LA RÉDEMPTION DE NOTRE CORPS." Rom. viii. 21-22-23.

 

Quant aux détails de la signification de S. PAUL, les hommes peuvent différer à juste titre ; mais sa pensée centrale semble claire. Toutes les choses créées ont été soumises à la vanité - à la douleur et à la souffrance, sans tenir compte de leur volonté - ouk hekousa. Mais ce ne sont là que les douleurs de l'accouchement d'une nouvelle naissance ; tout ce qui souffre sera délivré de l'esclavage de la corruption. Remarquez combien ici (seul dans le Nouveau Testament) il est fait allusion aux souffrances de toute la création, et combien est forte l'affirmation que toute chose créée - pasa he ktisis - attend la rédemption ; et celle-ci leur parvient par la manifestation des fils de Dieu, "les prémices" ou les élus (voir cli. vi. sur l'élection).

"CAR SI LEUR REJET EST LA RÉCONCILIATION DU MONDE, QUE SERA LEUR RÉCEPTION, SINON LA VIE D'ENTRE LES MORTS ? CAR SI LES PRÉMICES SONT SAINTES, LA MASSE EST AUSSI SAINTE." Rom,. xi. 15-16.

L'appel des Juifs est lié, dans le plan de Dieu, au salut du monde (v. 12). Ils sont son peuple, au sens vraiment divin du terme, afin que le salut du monde s'accomplisse par eux. En tant que "prémices", ils représentent et garantissent le monde entier.

"ET AINSI TOUT ISRAËL SERA SAUVÉ". Rom. xi. 26.

 

Ici, toute l'argumentation de l'Apôtre et la teneur du contexte - voir en particulier le v. 7 (et cli. x. 21) - distinguent très clairement " Israël " de " l'élection " (prise en dehors d'Israël), et montrent que par Israël on entend toute la nation. (Cette " élection " n'est pas non plus en contradiction avec la vérité selon laquelle, dans un sens plus large, Israël lui-même (tout Israël) forme les " prémices ", c'est-à-dire le peuple élu ; en fait, comme nous l'avons déjà remarqué, il y a un double " prémices ", tant dans la Loi que dans l'Evangile p. 213). En résumé - (a) le rejet d'Israël par Dieu n'est qu'apparent, car son appel est irrévocable, et donc (b) tout Israël sera sauvé - sans exception. (c) Israël, c'est-à-dire les élus, est si étroitement lié au monde, que leur rejet même signifie le salut du monde - dans le plan mystérieux de Dieu. (d) Ce lien entre les élus et le monde est si étroit qu'une autre promesse suit, selon laquelle la restauration d'Israël sera pour le monde "la vie d'entre les morts" - v. 15 - une expression très suggestive. 15 - une expression très suggestive (ch. vi. sur la mort). (e) Ce salut final d'Israël est coextensif à toute la nation pour cette raison supplémentaire que les dons de Dieu sont irrévocables et ont été faits à tous.

 

"CAR LES DONS ET LA VOCATION DE DIEU SONT SANS REPENTANCE". Rom. xi. 29.

C'est-à-dire que ce que Dieu donne, Il le donne avec effet. Ses dons et son appel sont IRRÉVOCABLES ; c'est le sens que nos versions ne parviennent pas à transmettre, cf. Is. lv. ii. Sa parole ne peut finalement pas manquer son but. Quand Il appelle, les hommes doivent entendre - un fait de la plus profonde signification. Permettez-moi de demander aux partisans de la croyance populaire, comment, si l'appel de Dieu doit être obéi (car tout le contexte semble montrer que c'est clairement le sens de l'apôtre), tôt ou tard, il y a une place pour une désobéissance sans fin en enfer ?

"DIEU LES A TOUS CONCLUS DANS L'INCRÉDULITÉ, AFIN D'AVOIR PITIÉ DE TOUS." Rom. xi. 32.

L'original est le plus large possible ; c'est la masse entière des hommes à laquelle S. PAUL fait référence. Le tout est enfermé dans l'incrédulité afin que le tout puisse trouver miséricorde ; et comme l'incrédulité est réelle et absolue, de même, s'il y a un parallélisme, la miséricorde doit être également réelle et absolue.

"CAR C'EST DE LUI, PAR LUI ET POUR LUI QUE VIENNENT TOUTES CHOSES". Rom,. xi. 36.

S'il en est ainsi, Dieu est la FIN de toutes choses, c'est-à-dire que c'est vers lui (ou peut-être en lui) que toutes choses retourneront. L'original signifie que Dieu est à la fois la SOURCE et le BUT, l'AUTEUR et la FIN de toute la création. Aucune perspective ne peut être plus magnifique, aucun espoir plus divin, ou plus large, que cela. Naturellement, et de manière caractéristique, l'enseignement populaire ignore pratiquement un tel passage. (Combien différente aurait été sa réception s'il avait contenu un anathème).

 

"JE SUIS VIVANT, DIT LE SEIGNEUR, ET TOUT GENOU FLÉCHIRA DEVANT MOI, ET TOUTE LANGUE SE CONFESSERA À DIEU. AINSI DONC, CHACUN DE NOUS RENDRA COMPTE DE LUI-MÊME À DIEU". Rom. xiv. 11-12.

S. PAUL cite ici le grand passage - Is. xlv. 22-23, dans lequel le salut est promis à toute la race humaine, et que l'apôtre relie au Jugement - voir p. 295. D'après tout le contexte, il semble que l'empire de Christ sur tout soit absolu ; qu'il s'étende aux morts ; qu'il implique le salut ; et que ce salut soit lié à son jugement (futur). Le mot traduit par "confesser" est proprement "offrir une louange" ou "une action de grâce". Ainsi, le point de vue de S. PAUL sur la véritable signification du jour du jugement et de ses enjeux, semble en conflit direct avec la ruine sans fin.

 

"COMME EN ADAM TOUS MEURENT, DE MÊME EN CHRIST TOUS SERONT RENDUS VIVANTS". 1 Cor. xv. 22.

Comme ADAM a apporté la mort, spirituellement, à tous, ainsi le dernier ADAM donne la vie, spirituellement, à tous. Aucune simple offre de vie ne peut satisfaire le langage clair du texte. Rien de moins que la vie réelle - spirituellement communiquée à tous par le dernier ADAM - ne peut exprimer correctement le sens de S. PAUL. Mais on objecte que, de même que la mort en ADAM 15 n'est pas définitive dans certains cas, de même la vie en Christ n'est pas définitive dans certains cas. (I.) Il suffirait peut-être de répondre que l'objection manque la cible, car la pensée de l'apôtre est fixée simplement sur un point, sur l'affirmation qu'une vie universelle succède, et absorbe, une mort universelle. Mais je répondrai encore que (II.) les mots clairs du texte exigent une communication effective de la vie à TOUS par Christ, sinon la comparaison entre ADAM et Christ n'est PAS VRAIE ; car il est certain que le lien du mal entre ADAM et la race est absolu, actuel et universel. Et appeler Christ le dernier ADAM, tout en niant un lien de grâce et de vie tout aussi actuel, absolu et universel, c'est tromper les hommes. (III.) Le contexte implique la permanence de cette vie à travers le Christ, car il réclame pour le Christ une victoire complète ; et il exige que nous croyions que Dieu sera tout en tous, à la fin. (IV.) La vie en Christ n'est donc pas seulement universelle, elle est définitive, v. 24-8.

"CAR IL FAUT QU'IL RÈGNE, JUSQU'À CE QU'IL AIT MIS TOUS LES ENNEMIS SOUS SES PIEDS * * AFIN QUE DIEU SOIT TOUT EN TOUS". 1 Cor. xv. 25-28.

 

Il n'y a ici, à LA FIN, aucune place pour le péché - aucune trace du mal - aucun enfer - car Dieu n'est-il pas Tout et en Tout I Son empire doit être ininterrompu, universel, absolu. Et la soumission de tous à Lui est la même que celle par laquelle Il doit être soumis au Père, c'est-à-dire l'harmonie, l'amour et la paix ; le contexte l'exige. En effet, notez qu'en résumant les résultats finaux de l'œuvre de Christ, le même mot est utilisé (dans l'original) pour désigner la soumission de Christ au Père et la soumission des ennemis de Christ à Lui. Mais, évidemment, la propre soumission du Christ ne peut être qu'amour et harmonie - donc la soumission des ennemis du Christ ne peut pas signifier leur incarcération sans fin en cvi. ? et pluie. Une telle conception n'est pas moins exclue par l'affirmation que finalement Dieu sera Tout en Tout.

 

"Ô MORT, OÙ EST TON AIGUILLON ? O TOMBE, OÙ EST TA VICTOIRE ?" 1 Cor. xv. 55.

Je demande à mes lecteurs de réfléchir tranquillement à toute la ligne directrice de ce chapitre et de noter le ravissement croissant de l'Apôtre, à mesure que son argumentation s'étend et que s'ouvre devant lui la perspective d'un univers à venir, d'où toute forme de mort et de péché est bannie. Les paroles de S. PAUL sont en effet explicites ; et pourtant, n'y a-t-il pas plus que cela ? Il y a sûrement chez S. PAUL une conviction, sous-jacente à tout le reste ; une conviction (à laquelle ses paroles les plus chaleureuses ne donnent qu'une expression imparfaite) du triomphe absolu du Christ, du déluge de gloire qui doit balayer toute la création, dans son sens le plus large.

 

"DIEU ÉTAIT DANS LE CHRIST, RÉCONCILIANT LE MONDE AVEC LUI-MÊME". 2 Cor. v. 19.

Dieu est-il sérieux lorsqu'il nous dit qu'il réconcilie le monde ? Est-ce qu'il pense ce qu'il dit, ou est-ce qu'il veut seulement dire qu'il va essayer de le réconcilier, mais qu'il sera déconcerté ? Cette question surgit souvent de façon inattendue, lorsque nous lisons ces déclarations de la Bible et que nous les comparons avec le credo populaire, qui transforme "tous" en "quelques-uns", lorsque le salut est promis à "tous", et qui transforme le "monde", lorsqu'on dit qu'il est sauvé, en une fraction plus ou moins grande d'hommes.

 

"EN TOI TOUTES LES NATIONS SERONT BÉNIES". Gal. iii. 8.

L'intérêt de textes comme celui-ci réside dans le fait qu'ils montrent le vrai sens de l'élection de Dieu, et qu'ils sont des maillons de cette grande chaîne de promesses de restauration universelle - dont S. PETER nous assure que Dieu a parlé par la bouche de tous Ses saints prophètes, et qu'il déclare signifier la restitution de toutes choses.

"Afin qu'il puisse rassembler en une seule chose toutes les choses (ta panta) en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre". Eph. i. 10.

 

L'univers dans toute son étendue - la somme totale de toute existence - doit être ramené au Christ comme chef, dans l'unité. Tel semble être le point de vue de l'Apôtre. C'est le même processus que la réconciliation de toutes choses - Col i. 15-20 - et la soumission de toutes choses à Christ - Cor. xv. 27-28 - l'hommage et la louange de toutes choses rendus à Christ - Phil. ii. 10-11. Mais si l'univers et son contenu sont résumés en Christ, où est la possibilité d'un enfer sans fin, ou d'une création divisée en permanence ? Le mot traduit par "rassembler en un" ne se trouve qu'ici, et dans Rom. xiii. 9, de même que la loi se résume en un seul commandement, de même l'univers se résumera un jour en Christ.

"DIEU A MIS TOUTES CHOSES SOUS SES PIEDS". Eph. i. 22.

Le verbe original est ici le même que celui utilisé pour la soumission du Christ au Père. - 1 Cor. xv. 28, et Phil. iii. 21. Voir note là.

"QUE LES GENTILS SOIENT COHÉRITIERS ". Eph. iii. 6.

C'est-à-dire cohéritiers avec les Juifs. Mais la promesse faite aux Juifs était que tout Israël serait sauvé (voir note Rom. xi. 26.), et parce que le Juif et le Gentil ne font qu'un (Eph. ii. 14), tous les Gentils semblent donc être inclus dans la promesse faite à tout Israël. - Rom. xi. 26.

"IL S'EST ÉLEVÉ BIEN AU-DESSUS DE TOUS LES CIEUX, AFIN DE REMPLIR TOUTES CHOSES ". Eph. iv. 10.

Mais si le Christ doit remplir toutes choses - l'univers - comment le mal peut-il subsister éternellement ? On ne peut éluder cette question en se demandant si le Christ, en tant que Dieu, n'a pas toujours rempli toutes choses ; car, pour l'Apôtre, il y a un sens supplémentaire et spécial dans lequel le Christ doit remplir toutes choses (par l'expulsion du mal), comme conséquence de son oeuvre achevée.

 

"C'EST PAR LUI QU'IL A RÉCONCILIÉ TOUTES CHOSES AVEC LUI-MÊME, QU'IL S'AGISSE DES CHOSES DE LA TERRE OU DES CHOSES DU CIEL. " Col. i. 15-19-20.

Je substitue volontiers à mes propres commentaires la note de LIGHTFOOT sur le v. 16 : "Toutes choses doivent trouver leur point de rencontre, leur réconciliation enfin en Celui de qui elles ont pris naissance ; dans la Parole comme agent médiateur, et par la Parole dans le Père comme source première. La Parole est la cause finale ainsi que l'agent créateur de l'univers. Ce but ultime de la dispensation actuelle dans le temps est énoncé de la même manière dans plusieurs passages. Parfois, il est représenté comme l'enfantement et la délivrance de toute la création par le Christ, comme Rom. viii. 19. * Parfois, il s'agit de l'assujettissement absolu et définitif de la nature universelle à lui, comme dans I Cor. xv. 28. * Parfois, c'est la réconciliation de toutes choses par Lui, comme ci-dessous, v. 20. Parfois c'est la récapitulation, le rassemblement en une seule tête de l'univers en Lui, comme Eph. i. 10 * * toutes ces expressions énoncent la même vérité en des termes différents. Le Verbe éternel est le but de l'univers, comme il en a été le point de départ. Il doit se terminer dans l'unité, comme il a procédé de l'unité, et le centre de cette unité est le Christ." Si j'ose ajouter quelque chose, c'est pour protester contre l'explication de ces paroles. Tout ce qui est issu du Verbe éternel revient à Lui comme à son but, réconcilié, purifié et restauré ; aucune autre signification ne peut être raisonnablement extraite des mots cités.

"AFIN QU'AU NOM DE JÉSUS TOUT GENOU FLÉCHISSE DANS LES CIEUX, SUR LA TERRE ET SOUS LA TERRE, ET QUE TOUTE LANGUE CONFESSE QUE JÉSUS-CHRIST EST LE SEIGNEUR." Phil. ii. 10-11.

C'est la déclaration de S. PAUL de la grande vision (Apoc. v. I 3), dans laquelle toute chose créée dans le ciel, sur la terre et sous la terre s'unit pour chanter - Bénédiction, etc. au Dieu très haut. Pourrait-on peindre une image plus universelle - tout genou, dans le ciel, sur la terre, sous la terre, fléchit, et toute langue proclame la louange de Dieu. Telle est la force de l'original. Toutes choses, dit LIGHTFOOT, "quelles qu'elles soient et où qu'elles soient". L'univers entier, animé ou inanimé, fléchit le genou en hommage et élève la voix en louange."

 

"IL EST MÊME CAPABLE DE SOUMETTRE TOUTES CHOSES À LUI-MÊME." Phil. iii 21.

Le sens dans lequel il faut comprendre cette soumission de toutes choses à Christ est clair d'après le contexte, "qui façonnera de nouveau le corps de notre humiliation, pour le rendre conforme au corps de sa gloire, selon l'opération par laquelle il peut même soumettre toutes choses à lui-même." Notez la signification de ceci. Personne ne peut douter que Christ est destiné à soumettre toutes choses, mais ce passage montre de manière décisive que la soumission de Christ à toutes choses (dans le sens scripturaire) consiste à les rendre semblables à Lui-même. Voir la note sur 1 Cor. xv. 25.

"DIEU NOTRE SAUVEUR, QUI VEUT QUE TOUS LES HOMMES SOIENT SAUVÉS, CAR IL Y A UN SEUL DIEU". 1 Tim. ii. 3-4.

"Personne ne peut s'opposer à ce qu'il fasse ce qu'il veut * * Or sa volonté est que tous soient sauvés." - S. JEROME sur Eph. i, 11". S. PAUL ordonne ici que des actions de grâces et des prières soient offertes pour tous les hommes sur la base expresse que Dieu veut le salut de tous. Et cette volonté divine, S. PAUL la fonde sur l'unité divine - un fait qui marque ce passage de façon remarquable - car le Dieu unique ne peut avoir qu'un seul but éternel (irrésistible). "Dieu est Un, l'Unique qui est Tout, qui lie tout en un, et un en tous, et qui fait que tout est un". - J. WHITE, Restauration de toutes choses. Cette Unicité divine n'est pas une proposition purement arithmétique. Elle énonce un fait spirituel profond, à savoir que l'Unité est de l'essence du plan divin. Un Créateur qui est UN, et une création perpétuellement DEUX (c'est-à-dire perpétuellement divisée en deux classes), est pour S. PAUL une chose inconcevable. - Voir ch. vi. vers la fin.

"DIEU EST LE SAUVEUR DE TOUS LES HOMMES, SURTOUT DE CEUX QUI CROIENT". 1 Tim. iv. 10.

Toute obscurité dans ce passage devient claire dès que nous réfléchissons au plan de Dieu par lequel les élus - ceux qui croient - sont d'abord sauvés, et deviennent ensuite le moyen, ici ou dans les âges à venir, de sauver tous les hommes.

"NOTRE SAUVEUR JÉSUS CHRIST, QUI A ABOLI LA MORT". 2 Tim. i. 10.

La mort est abolie, et avec la mort ce qu'elle implique dans l'Écriture, le péché et le mal. Que la mort soit abolie, et que la mort sous sa pire forme, la seconde mort, soit maintenue pour toujours, ce sont des contradictions évidentes. Ceux qui soutiennent la doctrine de l'immortalité conditionnelle expliqueront-ils comment la mort peut être abolie, et pourtant engloutir définitivement tous les pécheurs dans une sentence d'anéantissement ?

 

"CAR LA GRÂCE DE DIEU EST APPARUE, APPORTANT LE SALUT À TOUS LES HOMMES". Tite II, 11.

Oui, "apportant le salut à tous les hommes" : c'est précisément la grande espérance. Mais comment " le salut apporté à tous les hommes " est-il compatible avec la damnation de myriades d'hommes - voire de tout homme ? si, comme on nous le dit clairement, les dons de Dieu sont sans repentance, c'est-à-dire efficaces et irrévocables.

"IL ALLA AUSSI PRÊCHER AUX ESPRITS EN PRISON". 1 Pierre iii 19.

Ces paroles constituent un renversement complet de l'opinion populaire sur l'état des morts pécheurs, car elles affirment clairement qu'un processus de rédemption se poursuit après la mort. Remarquez bien qui étaient ceux à qui le Christ a apporté l'Évangile et qu'il a sauvés, comme le montre le passage suivant. Ils étaient ceux qui avaient péché contre la plus grande lumière connue à leur époque, et ils sont morts dans leurs péchés.

"L'ÉVANGILE A ÉTÉ PRÊCHÉ MÊME AUX MORTS, (AFIN) QU'ILS SOIENT JUGÉS ET QU'ILS VIVENT EN ESPRIT." 1 Pierre iv. 6.

 

Remarquez encore ici le lien entre le jugement et le salut. Même les morts (impénitents) ont été évangélisés, afin qu'ils puissent bénéficier du jugement, et ainsi vivre pour Dieu (voir sur le jugement ch. vi.) Un tel texte coupe littéralement la racine et la branche du credo traditionnel.

"LE SEIGNEUR NE VEUT PAS QU'UN SEUL PÉRISSE, MAIS QUE TOUS ARRIVENT À LA REPENTANCE". 2 Pierre iii. 9.

Si donc quelqu'un périt finalement, la volonté et le dessein de Dieu doivent avoir été définitivement renversés : il est évident qu'une résistance temporaire, permise à des fins sages, diffère totalement d'un défi définitif à la volonté de Dieu.

"SON FILS, QU'IL A ÉTABLI HÉRITIER DE TOUTES CHOSES ". Héb. i. 2.

Il suffit de dire que ces mots expriment l'espérance la plus large, s'ils sont équitablement et pleinement compris. Elles enseignent l'universalité absolue du règne du Christ, que le témoignage répété de l'Écriture montre comme étant l'amour et la paix.

"Tu as soumis toutes choses sous ses pieds," &c. Héb. ii. 8-10.

Voici une addition à la très grande classe de passages qui parlent du royaume de Christ, comme destiné à s'étendre sur toutes choses, par exemple, Eph. iv. 10 ; i. 10 ; Phil. iii. 9-11 ; Apoc. v. 13, &c. J'ai déjà montré que la soumission au Christ signifie harmonie et paix parfaites, dans l'usage du Nouveau Testament, voir les notes sur Phil. iii 21, et 1 Cor. xv. 25. Ce passage remarquable met l'accent sur la mort de Christ, comme englobant " tout homme ", v. 9 ; l'auteur a déjà affirmé avec force la dignité de l'homme, et son vaste héritage, simplement en tant qu'homme, v. 6-7. Cette dignité, altérée par la Chute, a été recouvrée par le Christ, Fils de l'homme. Et il était juste que le Christ souffrît en accomplissant la volonté de Celui (Dieu) pour qui sont toutes choses et par qui sont toutes choses", v. 10, - toutes choses quelconques ; mots qui autorisent la plus large espérance, car Dieu est le but de toute création. (Voir Rom. xi. 36.)

"Afin que, par la mort, il puisse détruire le diable " Héb. ii. 14.

Mais la destruction du diable, en tant que détenteur du pouvoir de la mort, est tout à fait incompatible avec la continuation éternelle de la mort et du mal.

 

"L'IMMUABILITÉ DE SON CONSEIL ". Héb. vi. 17.

Nous admettons qu'il puisse y avoir un échec apparent dans le dessein de Dieu, mais aucun échec réel n'est possible. Ce qu'est le conseil immuable de Dieu, nous le voyons dans 2 Pd. iii. 9, où le mot original traduit par "vouloir" est le même que "conseil" ici.

"IL A PARU POUR EFFACER LE PÉCHÉ PAR SON PROPRE SACRIFICE." Héb. ix. 26.

Le péché s'est immiscé et a provoqué une apparence d'échec dans le plan de Dieu. Le Christ vient pour balayer le péché. Quand nos adversaires répondront-ils honnêtement au dilemme suivant : le Christ échoue ou réussit dans son dessein. S'il échoue, vous contredisez l'Écriture. S'il réussit, vous contredisez votre dogme.

"JESUS CHRIST, LE MÊME HIER, AUJOURD'HUI ET DANS LES SIÈCLES DES SIÈCLES". Héb. xiii. 8.

LE MEME à travers "les âges" ; des mots peu écoutés, je le crains, et qui pourtant contiennent virtuellement l'essence de l'Evangile - la somme et la substance de notre espérance. Car qu'enseignent ces paroles ? non pas l'idée superficielle que le Christ est maintenant un Sauveur, et qu'il ne sera plus à l'avenir qu'un Juge pour condamner ; mais que ce qu'Il était sur la terre, Il l'est maintenant, et qu'Il le sera à travers "les âges" (jugeant toujours, mais seulement Juge pour pouvoir par là être un Sauveur). Ils nous demandent de regarder vers une série d'âges à venir, et d'y voir Jésus-Christ travaillant encore à sauver ; sans doute par la punition, par une discipline ardente, dans le cas de pécheurs endurcis ; mais toujours le même Jésus, c'est-à-dire le Sauveur, et destiné à continuer son œuvre de salut jusqu'à ce que le dernier vagabond ait été trouvé.

Loin de produire tous les passages possibles qui enseignent la plus grande espérance, j'aurais pu facilement citer d'autres textes qui enseignent, ou impliquent, la même chose. Prenons seulement deux clauses de la prière du Seigneur : "Notre Père", ces deux mots impliquent vraiment toute la question - ils forment un lien, qui ne sera jamais rompu, entre l'homme et Dieu. "Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel". Mais comment Sa volonté est-elle faite au ciel ? Elle est faite universellement. Ne doit-elle pas l'être aussi sur la terre ? Le Christ met-il dans nos bouches une demande qu'il n'a pas l'intention d'exaucer, dans une mesure encore plus grande que nous ne pouvons l'espérer ? J'aurais pu également citer "Dieu est Amour". C'est vers ce point que convergent tous Ses attributs. L'amour est ce caractère, qu'unis ils forment (amour infini et immuable). Cet Amour peut-il condamner à une agonie sans fin ses propres enfants ? L'Amour infini peut-il jamais cesser d'aimer ? - Que l'Apôtre réponde : "L'amour ne manque jamais", il est inextinguible.

 

Je résumerai en reprenant les trois propositions déjà énoncées, p. 224. (I.) Le dessein de salut du Christ a été délibérément formé pour inclure toute notre race, et rien de moins. (II.) Il a reçu à cette fin TOUT LE POUVOIR, c'est-à-dire le pouvoir sur toutes les volontés, tout le mal, tous les obstacles, quels qu'ils soient et où qu'ils soient. (III.) La Bible affirme ; les Prophètes affirment ; les Évangélistes affirment ; les Apôtres affirment ; le Christ affirme le succès absolu dans cette tâche. - Is. xlv. 22-3 ; lv. 11 ; liii 11 ; S. Jno. xii. 32 ; xvii. 4 ; 1 Cor. xv. 22, 27-8 ; Rom. v. 15-21 ; xi. 29-32 ; 2 Tim. i. 10, etc.

*Dans les brèves notes ci-dessus, je n'ai pas essayé de faire un commentaire exhaustif. Mon but a été de faire ressortir le sens naturel des passages cités, dans leur rapport avec la destinée future de l'homme, et de présenter ce sens de la manière la plus simple et la plus directe. J'ai surtout insisté sur l'impérieuse nécessité d'être véridique, de supposer que ce que les écrivains sacrés disent, ils le pensent, dans l'acceptation ordinaire de leurs paroles - qu'en disant, par exemple, " Je fais toutes choses nouvelles ", le Christ voulait vraiment dire toutes choses et non pas certaines choses ; qu'en disant " Dieu est le Sauveur de tous les hommes ", l'Apôtre voulait dire que Dieu sauve vraiment tous les hommes.

 

Quelques mots d'avertissement sérieux doivent être ajoutés ici. J'espère qu'il a été clair dans ces pages, qu'en enseignant le salut universel, je n'ai pas un instant pris le péché à la légère, ou préconisé le salut des pécheurs tant qu'ils continuent à l'être. J'affirme sincèrement la punition certaine du péché (qui peut être terrible dans sa durée et sa nature pour le délinquant endurci), mais dans tous les cas dirigée par l'amour et la justice vers l'extirpation finale du mal. En fait, je me suis opposé au credo populaire pour cette raison même qu'il enseigne aux hommes à se moquer du péché, et cela de deux façons : PREMIÈREMENT : parce qu'il expose un schéma de rétribution si injuste que les hommes croient secrètement que ses pénalités ne seront jamais infligées ; et DEUXIÈMEMENT : parce qu'il affirme en fait que Dieu ne veut pas, ou ne peut pas, vaincre et détruire le mal et le péché, mais qu'il les supportera pour toujours et à jamais.

 

Je répète que pas un seul mot n'a été écrit dans ces pages tendant à représenter Dieu comme un Être simplement bon enfant, qui considère comme une affaire légère la violation de sa sainte loi. Une théologie aussi superficielle, Dieu me garde de l'enseigner. L'amour infini est une chose ; la bonté infinie est une chose totalement différente. L'amour n'est jamais faible, il est (tout en étant le plus tendre) le plus inexorable. C'est à la lumière du Calvaire que nous sommes tenus de voir la culpabilité du péché. Mais prenons garde que, lorsque nous nous tenons en pensée près de la Croix, nous ne déshonorions virtuellement l'Expiation en limitant son pouvoir de sauver - en enseignant aux hommes que le Christ est après tout vaincu ; que, tout en professant en paroles d'honorer le Christ, nous ne fassions en fait de Lui un menteur, car Il n'a jamais dit, "si je suis élevé, j'attirerai quelques hommes", ou même "la plupart des hommes", mais "J'ATTIRERAI TOUS LES HOMMES À MOI".

Thomas Allen